La consommation en vrai et en gros

Après les hypers, les supermarchés investissent le royaume chérifien. Le Français Auchan et le Marocain Ona s’associent pour déployer 25 magasins d’ici à 5 ans. Priorité aux produits locaux, vente de proximité et gros bénéfices en perspective. Interview de Nourredine Benmakhlouf, président du nouveau groupe ainsi formé : Acima.

L’enseigne d’Acima brille depuis jeudi sur le tout nouveau supermarché de Casablanca. Acima, fruit de la collaboration entre le groupe industriel et financier marocain Ona et le groupe français Auchan, communique déjà sur ses valeurs éthiques et sa promotion de la production locale. L’offensive de la nouvelle chaîne de supermarché devrait se poursuivre par le déploiement de 24 autres magasins d’ici 5 ans. Nourredine Benmakhlouf, président du groupe, explique le plan de bataille.

Afrik : Comment est né le groupe Acima ?

Nourredine Benmakhlouf : En janvier 2001, Ona (les établissements Marjane, au nombre de sept dans le pays, ndlr) et Auchan ont signé des accords de partenariats pour développer la grande distribution au Maroc. Le groupe Auchan a pris 49% de participations dans les enseignes hypermarchés d’Ona. A côté de ça, ils ont créé une structure spécialisée pour les supermarchés afin de développer une offre de proximité complémentaire des hypers : Acima.

Afrik : Qu’est ce qui caractérise l’offre des supermarchés ?

Nourredine Benmakhlouf : Nous n’offrons pas d’électroménager ou de textile, comme dans les hypermarchés. Nous ne proposons que des produits alimentaires. C’est un métier tout à fait différent en matière de relation clientèle, de produits et d’organisation des surfaces (les supermarchés ont une superficie entre 400 et 2 500 mètres carrés, 1 100 pour le premier magasin Acima, ndlr).

Afrik : Avec la présence d’Auchan dans l’entreprise, est ce que Acima ne risque pas d’être une succursale des produits de la marque française ?

Nourredine Benmakhlouf : Le président d’Ona et celui d’Auchan ont clairement décidé d’accorder pour l’enseigne la priorité aux produits locaux. Tout en respectant les exigences de qualité. Mais le reste de nos produits sera effectivement réalisé auprès de la centrale d’achat d’Auchan International.

Afrik: Auchan communique beaucoup, en Europe, sur des valeurs d’excellence. Avez-vous été obligé d’adopter les mêmes ?

Nourredine Benmakhlouf : Nous avons des valeurs partagées. Des valeurs que nous adaptons au contexte local. Nous avons élaboré des engagements en matière de qualité, de service, de prix, d’accueil, d’hygiène et de conseil. Mais ce ne sont pas des slogans vides. En interne nous avons une organisation pour mesurer et faire respecter ces engagements.

Afrik : Quels sont les objectifs en matière de chiffre d’affaire pour votre première enseigne ?

Nourredine Benmakhlouf : D’après nos études de marché, les hypothèses de résultats se situe dans une fourchette de 60 à 100 millions de dirhams (5,9 à 9,8 millions d’euros). Et je suis certain que nous dépasserons les 60 millions.