La chasse s’ouvre au Mali

Le premier colloque international sur  » La chasse traditionnelle en Afrique de l’Ouest, d’hier à aujourd’hui  » s’est ouvert vendredi 26 au matin à Bamako. Jusqu’au 1er février chercheurs du monde entier et chasseurs africains vont se côtoyer.

Du 26 janvier au 1er février, la capitale malienne accueille  » La chasse traditionnelle en Afrique de l’Ouest, d’hier à aujourd’hui « , premier colloque international organisé sur le sujet. Des chercheurs d’Afrique, d’Europe et des Etats-Unis, ainsi que des délégations de chasseurs venant des pays voisins s’y rencontreront.

Organisée par le ministère de la Culture malien, cette rencontre permettra  » de donner la parole aux héritiers des dépositaires d’une des rares cultures ayant réussi à se maintenir pendant plus de dix siècles et de mesurer l’importance des confréries, leur ancienneté, la place qu’elles tiennent dans le monde moderne ainsi que la qualité de leur éthique « , peut-on lire sur le site du ministère. Ce colloque vise également à mettre en place une structure de recherche approfondie sur le thème de la chasse traditionnelle, ainsi que la création d’un musée de la chasse dans la ville de Yanfolila.

Capitaliser les connaissances

 » La plupart des villages africains ont été créés par des chasseurs. Ils ont une très grande culture, notamment mystique. Ils sont organisés en confrérie, suivent une initiation, adorent des Dieux, ont une façon de se conduire particulière. Evoluant le plus souvent dans la brousse, ils ont une très bonne connaissance des arbres par exemple « , explique Amidou Maïga, chef de cabinet du ministre et professeur de socio-linguistique à la faculté des lettres de Bamako, en soulignant l’importance d’un tel programme de recherche.

Une structure de recherche spécifique permettra de coucher tous ces savoirs sur le papier et de  » capitaliser toutes les connaissances que les chasseurs ont en matière de médecine. Ainsi que leurs pratiques magiques, notamment la divination. Ils ont aussi des textes très riches sur la bravoure et leur philosophie est passionnante « , continue Amidou Maïga. Lorsque l’on sait que la plupart de ces richesses appartiennent à une tradition orale en perdition, il est temps, en effet, de se pencher sur le problème.

Manifestations de chasseurs prévues :

A Bamako :

– Au palais de la Culture tous les soirs à partir de 21 heures et dans les six communes du District, par rotation;

– Des projections de films sur la chasse au Centre Culturel Français,

– Des expositions permanentes au Palais de la culture et au Musée National;

– Des expositions ventes d’objets de la chasse et de produits thérapeutiques dans les stands du village des chasseurs au palais de la culture;

– Des séances de consultation divinatoire dans les ateliers du Palais de la Culture;

– Veillée des chasseurs ;

– Implantation du Dankun

– Défilé des chasseurs.

A Ségou, Sikasso et Yanfolila, les 29, 30 et 31 janvier 2001 :

– Fête des chasseurs,

– Implantation du Dankun (Yanfolila),

– Veillée des chasseurs.