La bombe zouk du Cap Vert

Pour son tout premier album, la jeune Ariëtte frappe fort. L’artiste d’origine capverdienne réalise avec Dedicaçons l’une des meilleures productions zouk de l’année. Rien que ça. Doublement inconnue, parce que lusophone et nouvelle venue sur la scène musicale, elle ne devrait pas tarder à se faire un nom.

Un sans faute. Dedicaçons, le premier album d’Ariëtte, a simplement tout bon. Une redoutable entrée en matière dans l’univers du zouk pour la jeune artiste d’origine capverdienne. Du solide on vous dit. Cette fille est douée, à n’en pas douter. Et on ne s’étonnera pas de la voir bientôt tourner en playlist sur des radios françaises et étrangères.

Née à Rotterdam (Pays-Bas), Ariëtte, malgré son prénom quelque peu suranné, n’a que 25 ans. Des oreilles (très) avisées l’auront peut être reconnue sur la compilation Lusodance Vol. 3 ou encore auprès de Mobass. Mais la belle Ariëtte n’avait jusque-là aucun album solo à son actif. C’est maintenant chose faite. Pour notre plus grand plaisir. Le zouk lusophone étant largement méconnu en France, aux Antilles ou encore en Afrique (francophone), il est du devoir d’Afrik d’éveiller les consciences en présentant des artistes de talent, dont Ariette fait résolument parti.

Homogénéité artistique

L’album n’a que neuf titres, ce qui n’est peut être pas plus mal car l’artiste peut ainsi nous offrir le meilleur d’elle-même. Pas de canard boiteux dans cette sélection. Les morceaux, à la fois semblables et différents, participent ensemble à construire une même oeuvre. Calée sur les implacables tempos de l’école actuelle du zouk capverdien, la voix d’Ariëtte s’installe calmement dans la partie. Sans forcer, elle épouse la musique, avec un bon sens du rythme et une sensualité naturelle, pour lui imprimer sa propre marque et se l’approprier.

Plusieurs titres, à commencer par  » Mar « , devraient très logiquement faire leur effet dans les soirées zouk. Musiques à danser qui ont l’élégant mérite de ne pas être abrutissantes, l’opus d’Ariëtte à quelque chose d’intemporelle. Et l’on s’imagine bien écouter le disque dans dix ans avec toujours autant de régal. Dommage qu’on ne puisse le trouver en France nulle part ailleurs que chez Espace Music Tropica à Paris, mais le déplacement en vaut la chandelle.

Ariëtte, Dedicaçons, Giva Production, 2002

Pour commander le disque, s’adresser directement auprès du magasin

Espace Music Tropica

80, rue Doudeauville

75018 Paris

Tél./fax : 00 33 (1) 42 52 57 64