La Banque mondiale met fin à la suspension de ses décaissements pour le Mali

La Banque mondiale
Banque mondiale (logo)

La suspension des décaissements en faveur des Projets et Programmes au Mali a été levée, ce mardi 19 juillet 2022, par la Banque mondiale.

Dans une correspondance adressée, ce jour, aux autorités maliennes, la Banque mondiale a décidé de lever la suspension des décaissements en faveur des Projets et Programmes au Mali. «Je vous fais parvenir, ci-joint, la copie de la correspondance de Monsieur Ousmane Diagana, Vice-président pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de la banque mondiale, relative à la levée de la suspension des décaissements», a indiqué la Banque mondiale.

L’institution financière avait pris la mesure de suspension des décaissements en raison de l’accumulation des échéances au titre du service de la dette publique extérieure pendant plus de 45 jours. C’est ce qu’avait indiqué le ministre malien de l’Economie, Alousseni Sanou, dans une correspondance signée le 14 avril dernier et adressée aux coordinateurs des Projets et Programmes au Mali.

Cette décision intervient après celle prise le 4 juillet, par la CEDEAO d’une levée partielle des sanctions infligées à Bamako. Les mesures concernaient la fermeture des frontières, le gel des avoirs maliens et la suspension des échanges commerciaux et financiers. Les ambassadeurs accrédités à Bamako et qui avaient été rappelés devaient reprendre leur poste. La CEDEAO avait dit prendre en compte les progrès réalisés par la junte au pouvoir.

Le Mali a en effet promis la tenue d’un scrutin pour l’élection du président de la République, le 4 février 2024, un référendum constitutionnel, le 19 mars 2023, et des élections législatives, le 29 octobre 2023. Des actes salués par le CEDEAO.

lire : La CEDEAO allège les sanctions contre le Mali