L’Union africaine à l’épreuve du cas du Togo

Le Togo, cadenassé par une succession présidentielle fermée et sourde aux pressions internationales, laisse le problème de son anticonstitutionnalité sur les bras de l’Union africaine, qui condamne en attendant mieux.

De notre partenaire Le Quotidien d’Oran

La journée «Togo mort», lancée par l’opposition dans ce pays après l’intronisation express de Faure au lendemain du décès de son père Gnassingbé Eyadéma, par les militaires, son plébiscite par l’assemblée togolaise et sa légitimation par une constitution amendée sur commande, ne semble pas être une grande réussite. Selon l’AFP, l’activité commerciale et sociale du pays semble être peu ralentie par ce mot d’ordre décidé par six partis d’opposition, dont le Comité d’action pour le renouveau (CAR) de Yawovi Agboyibo et l’Union des forces du changement (UFC) de Gilchrist Olympio – deux des principaux opposants – qui avaient appelé à la grève générale mardi et mercredi pour «manifester son refus du coup d’Etat militaire», que constitue selon eux la succession du défunt président Gnassingbé Eyadéma. Ce n’est que vers la fin de journée, peut-être par effet d’entraînement, que l’appel semblait plus ou moins avoir obtenu un début d’écho.

L’actualité du cas «Togo», il ne faut donc pas la chercher à l’intérieur du pays, mais dans la réaction de la première instance continentale concernée : l’Union africaine (UA). Confrontée à un cas d’illégalité exemplaire, l’Union africaine a été la première à condamner «fermement» par la bouche de son président du moment, le président nigérian Obasanjo, le «coup d’Etat militaire» intervenu au Togo. En attendant la réunion du CEDEAO, prévue ce mercredi, l’UA a déjà évoqué mardi la possibilité d’un dispositif de sanction contre ce pays si «la légalité constitutionnelle» n’est pas rapidement rétablie dans le Togo. Dans un communiqué, le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a même affirmé «sa détermination à imposer des sanctions, prévues en cas de changement anticonstitutionnel, faute d’une action rapide de la part des autorités de fait pour assurer le rétablissement de la légalité constitutionnelle».

Quelles sanctions de la part de l’Union africaine?

La mise en demeure a été prononcée lors d’une réunion lundi, au niveau des ambassadeurs à Addis-Abeba, de cet organe exécutif de l’organisation panafricaine. Réagissant pour une fois avec une promptitude remarquable, l’UA a voulu apparemment marquer le coup dans ce cas qui met à l’épreuve l’un de ses plus importants engagements, à savoir la possibilité de l’exclusion de ses rangs de tout pays «coupable» d’un coup d’Etat.

Les sanctions éventuelles de l’UA contre le Togo, encore floues et non précisées, les analystes s’accordent à penser qu’il pourrait s’agir de la «suspension de la participation (du pays) à l’UA, la suspension des relations commerciales (entre le pays visé et les autres membres) et la suspension des visas». Consciente, par ailleurs, des limites de ses sanctions, l’Union africaine a invité du coup, «les Nations unies, l’Union européenne, les partenaires bilatéraux de l’UA, la communauté internationale dans son ensemble à soutenir fermement la position de l’UA sur la situation qui prévaut au Togo».