L’Unicef et Pampers s’unissent contre le tétanos à Madagascar

Laeticia Hallyday et un bébé malgache

L’Unicef et Pampers ont lancé en France, début novembre, une opération commune qui doit permettre de vacciner des millions de femmes malgaches contre le tétanos. Cette campagne s’inscrit dans le cadre de la campagne internationale que ces deux partenaires organisent au profit de 16 nations touchées par cette maladie mortelle.

Le tétanos est dans la ligne de mire de l’Unicef et de Pampers. Le Fonds pour l’enfance des Nations Unies et la célèbre marque de couches pour bébé se sont unis pour lancer une campagne internationale de vaccination contre cette maladie. Elle est « causée par la contamination d’une plaie par des bactéries extrêmement toxiques qui vont gagner les nerfs moteurs, la moelle épinière et le tronc cérébral », rappellent l’Unicef et Pampers. « Elle entraîne des contractures musculaires, des spasmes, des convulsions et éventuellement la mort », poursuivent-ils.

Cette pathologie tue 140 000 nouveaux nés et 30 000 mères dans la première semaine suivant la naissance. C’est pour faire reculer ces chiffres, et à terme éradiquer le tétanos, que l’Unicef et Pampers organisent dans 15 pays, jusqu’à fin décembre, une campagne destinée à recueillir 45 millions de vaccins prénataux. Seize nations, dont le Congo, le Mali et Madagascar, doivent les recevoir entre 2008 et 2009.

En France, où l’opération bénéficiera à Madagascar, le concept est le suivant : « Nous allons faire directement appel aux mamans : pour chaque paquet de Pampers porteur de l’offre acheté durant les mois de novembre à décembre, la marque reversera à l’Unicef l’équivalent du prix d’un vaccin antitétanique prénatal. (…) Nous espérons pouvoir fournir huit millions de vaccins à l’Unicef à l’échelon français », explique Ranya Shamoon, directrice de la division soins du bébé chez le roi des couches.

Laeticia Hallyday vaccin en main

Les cibles privilégiées de l’opération sont les femmes en âge d’avoir des enfants ou enceintes. « Les nouveaux-nés contractent souvent l’infection lorsque le cordon ombilical est coupé avec du matériel non stérilisé, commente Jacques Hintzy, président de l’Unicef France. Et cela arrive encore trop fréquemment dans ce pays où les femmes accouchent beaucoup chez elles, dans des conditions sanitaires déplorables. Ainsi, le tétanos frappe fort dans ce pays : 14% des bébés meurent encore de cette maladie chaque année ! »

Ce haut responsable explique les avantages de la vaccination : « Les anticorps fournis à la mère par le vaccin antitétanique protègent le nouveau-né pendant ses deux premiers mois de vie, jusqu’au moment où il peut lui-même être vacciné ». Laeticia Hallyday, épouse du chanteur français Johnny et ambassadrice de l’Unicef, s’investira en personne dans la campagne de vaccination. « La formation spécifique que j’ai reçue auprès des bénévoles de l’Unicef va me permettre de vacciner les mamans, explique-t-elle. Je vais donc être auprès d’elles dès les premières heures de la journée pour leur expliquer les dangers du tétanos, les convaincre de l’intérêt du vaccin pour elle et leur bébé et enfin, pour faire, je l’espère, des tas de piqûres ! »

La responsable à Madagascar du Fonds pour l’enfance des Nations Unies, Bakolao Randriamanalina, explique la stratégie adoptée sur le terrain : « Nous avons mis en place des équipes mobiles sanitaires qui se rendent directement dans les villages pour vacciner les mamans qui ne peuvent pas se déplacer jusqu’aux infrastructures où se déroulent les vaccinations ». Elle espère ainsi que toutes les femmes seront immunisées et, avec elles, leur descendance.

Crédit photos : Daniel Angeli