L’UA s’inspire de l’expérience du Brésil en biocarburants

Des experts venus des Etats membres de l’Union africaine (UA), du Brésil ainsi que d’organismes spécialisés en énergie, transport, agriculture et environnement, se réunissent lundi à Addis-Abéba (Ethiopie), autour de l’éventualité du développement des biocarburants en Afrique.

L’organisation d’un tel séminaire s’inscrit dans le cadre global du Plan stratégique 2004-2007 de la Commission de l’Union africaine qui prévoit, entre autres, l’élaboration d’une politique et des stratégies en matière d’énergies nouvelles et renouvelables.

Face à ses énormes besoins énergétiques, l’Afrique envisage de développer les biocarburants qui, pour répondre de manière efficace aux besoins de ses différents secteurs de production, gagneraient à être produits à grande échelle et nécessitent des technologies adéquates et des politiques d’appui appropriées.

Bien que le continent dispose de climats favorables, d’immenses ressources en terre et de la main-d’œuvre à prix réduit, il importe également de s’assurer que la production des biocarburants n’aura pas d’impacts défavorables sur les problèmes sociaux, économiques et écologiques, particulièrement dans les pays en développement.

Aussi, ce premier séminaire de haut niveau entend-il s’assurer que les décideurs, le secteur privé et les représentants des institutions impliquées dans l’industrie des biocarburants sont en mesure de prendre des décisions efficaces sur le développement du secteur des biocarburants en Afrique.

A cet effet, les experts procéderont, pendant trois jours, à l’échange de connaissances sur le potentiel des biocarburants et sur les défis connexes, à l’analyse des obstacles au transfert des technologies et aux stratégies visant à faire face à ces obstacles, au partage des expériences du Brésil et de l’Inde et d’autres succès remarquables et enseignements à l’intention de l’Afrique, ainsi qu’à l’élaboration de principes directeurs pour adoption par les gouvernements africains.

On rappelle que la huitième assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, réunie à Addis-Abeba en janvier 2007, avait demandé à la Commission de l’UA d’élaborer des politiques et des stratégies pour le développement des énergies propres, nouvelles et renouvelables, en particulier les biocarburants, comme solutions alternatives aux hydrocarbures, en réponse à la hausse des prix du pétrole qui engendre des effets néfastes sur les économies des pays africains.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine entérinaient ainsi les mesures adoptées par les ministres africains en charge des hydrocarbures (pétrole et gaz), lors de leur première réunion le 14 décembre 2006 au Caire (Egypte).