L’Ouganda veut renvoyer les prostituées congolaises

Le gouvernement ougandais est préoccupé par l’augmentation de la pornographie dans son pays. Selon lui, la pornographie contribue à l’augmentation des infections par le VIH-SIDA. L’année dernière, le ministre ougandais de « l’éthique et l’intégrité » a attaqué les travailleuses du sexe congolaises accusées d’infecter les Ougandais.

Le gouvernement ougandais fait un lien entre la pornographie et l’augmentation récente du VIH-sida dans le pays. Le Ministre de « l’éthique et l’intégrité », le Dr James Nsaba Buturo, a condamné la pornographie dans le pays, pornographie qui selon lui serait liée à la copie du mode de vie occidental et américain à travers la lecture des magazines et des des films.

Lors d’une interview à la presse dans la capitale ougandaise Kampala, Monsieur Buturo dit que «La plupart des salles de cinéma et des films en Ouganda montrent de la pornographie. Le gouvernement est prêt à punir quiconque est engagé dans la promotion de la pornographie en Ouganda. »

Selon le ministre, la pornographie est mauvaise surtout pour les jeunes dans cette période ou le VIH / sida est si important. « Après avoir vu du matériel pornographique beaucoup de gens ont une activité sexuelle, ce qui conduit à une augmentation de la propagation du sida. » à t’il déclaré.

L’Ouganda a réussi à réduire la prévalence du VIH-SIDA de 30 pour cent à la fin des années 1980 à 6,7 pour cent au début des années 2000. Mais la prévalence est restée constante pour les dernières années et aujourd’hui les autorités médicales reparlent d’une hausse même si il n’y a pas encore de chiffres disponibles.

L’année dernière, le gouvernement de l’Ouganda a déclaré qu’il était préoccupé par le grand nombre de « travailleuses du sexe congolaises » qui avaient envahi la région du pays Karamoja au Nord-Est de l’Ouganda, à la frontière avec l’est de la République Démocratique du Congo. Selon eux, cet afflux a contribué à l’augmentation rapide de la propagation du VIH-SIDA.

Bien que James Nsaba Buturo ait admis qu’il était difficile d’établir quelles étaient les femmes congolaises infectées, il avait appelé à leur arrestation après avoir déclaré qu’il était « regrettable que les femmes congolaises infectent notre peuple avec le VIH-SIDA. La loi en Ouganda est claire, ceux qui infectent d’autres personnes en connaissance de cause doivent être arrêtés et poursuivis devant les tribunaux de droit. »

Par Geof Magga