L’Ouganda veut renvoyer les prostituées congolaises


Lecture 2 min.
Mon combat contre la prostitution, couverture du livre
Mon combat contre la prostitution, couverture du livre

Le gouvernement ougandais est préoccupé par l’augmentation de la pornographie dans son pays. Selon lui, la pornographie contribue à l’augmentation des infections par le VIH-SIDA. L’année dernière, le ministre ougandais de « l’éthique et l’intégrité » a attaqué les travailleuses du sexe congolaises accusées d’infecter les Ougandais.

Le gouvernement ougandais fait un lien entre la pornographie et l’augmentation récente du VIH-sida dans le pays. Le Ministre de « l’éthique et l’intégrité », le Dr James Nsaba Buturo, a condamné la pornographie dans le pays, pornographie qui selon lui serait liée à la copie du mode de vie occidental et américain à travers la lecture des magazines et des des films.

Lors d’une interview à la presse dans la capitale ougandaise Kampala, Monsieur Buturo dit que «La plupart des salles de cinéma et des films en Ouganda montrent de la pornographie. Le gouvernement est prêt à punir quiconque est engagé dans la promotion de la pornographie en Ouganda. »

Selon le ministre, la pornographie est mauvaise surtout pour les jeunes dans cette période ou le VIH / sida est si important. « Après avoir vu du matériel pornographique beaucoup de gens ont une activité sexuelle, ce qui conduit à une augmentation de la propagation du sida. » à t’il déclaré.

L’Ouganda a réussi à réduire la prévalence du VIH-SIDA de 30 pour cent à la fin des années 1980 à 6,7 pour cent au début des années 2000. Mais la prévalence est restée constante pour les dernières années et aujourd’hui les autorités médicales reparlent d’une hausse même si il n’y a pas encore de chiffres disponibles.

L’année dernière, le gouvernement de l’Ouganda a déclaré qu’il était préoccupé par le grand nombre de « travailleuses du sexe congolaises » qui avaient envahi la région du pays Karamoja au Nord-Est de l’Ouganda, à la frontière avec l’est de la République Démocratique du Congo. Selon eux, cet afflux a contribué à l’augmentation rapide de la propagation du VIH-SIDA.

Bien que James Nsaba Buturo ait admis qu’il était difficile d’établir quelles étaient les femmes congolaises infectées, il avait appelé à leur arrestation après avoir déclaré qu’il était « regrettable que les femmes congolaises infectent notre peuple avec le VIH-SIDA. La loi en Ouganda est claire, ceux qui infectent d’autres personnes en connaissance de cause doivent être arrêtés et poursuivis devant les tribunaux de droit. »

Par Geof Magga

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter