L’opposition pour la dissolution d’Elecam

Alors que l’organe électoral camerounais Elections Cameroon (Elecam) a enfin accepté de procéder à la refonte des listes électorales, l’opposition et la société civile militent désormais pour son remplacement par un organe véritablement indépendant.

Le volte-face au sujet L’organe électoral camerounais Elections Cameroon (Elecam) n’a pas laissé indifférent. Cinq jours seulement après que cet organe en charge des élections se soit engagé à procéder à la refonte des listes électorales sur tout l’étendue du territoire camerounais, l’opposition et la société civile sollicitent sa dissolution et son remplacement.

Réuni samedi dernier, au siège du Manidem, un collectif constitué d’une dizaine de partis politiques de l’opposition et de la société civile a, constaté « la défaillance totale d’Elecam à conduire un processus électoral transparent, équitable et crédible, la subordination absolue d’Elecam vis-à-vis du Président de la République, confirmée par l’injonction de Mr Biya et son gouvernement mettant en contradiction le Président et le Directeur Général d’Elecam qui la veille encore s’obstinaient à vouloir démontrer l’impossibilité d’une refonte du fichier électoral et clamaient haut et fort l’indépendance de leur organe ».
Le groupe soutient être indigné et condamne cette « manière anti-démocratique d’organiser le processus électoral qui dénote la gestion autocratique des affaires de la République ».

Appel a tous les patriotes

Au regard de ce que ce collectif, qui se revendique comme une dynamique citoyenne, considère comme « une impasse dans lequel le régime en place veut conduire la démocratisation du Cameroun », il exige la prise en compte par le pouvoir de leurs exigences. Il s’agit entre autres de la mise en place sans délais d’un organe véritablement indépendant chargé de conduire l’intégralité du processus électoral, de l’inscription des électeurs sur les listes à la publication des résultats provisoires. De même, il souhaite également un code électoral juste et unique, assorti d’un calendrier électoral et un nouveau découpage électoral plus juste et conforme aux statistiques démographiques officielles.

Le collectif promet de donner son plan d’action dans les prochains jours au cours d’une conférence de presse. Il a par ailleurs déjà lancé un appel à tous les patriotes, à l’opinion nationale et internationale pour « s’approprier ces revendications minimales indispensables à toute élection, pour l’avènement d’un Etat de droit au Cameroun, seul garant d’une paix véritable et durable dans notre cher pays.»