L’OPEP garantit la stabilité du brut

Il n’y a pas de crainte à avoir sur une flambée des cours du brut suite aux attentats suicides qui ont terrassé mardi la ville de New York, assure l’Opep. Les géants de l’or noir s’engagent à stabiliser les prix le cas échéant.

Il n’y a pas lieu de se livrer à une psychose sur une flambée des prix du pétrole suite aux apocalyptiques événements américains, proclame l’Organisation des pays producteurs et exportateurs de pétrole (Opep). Et quand bien même les forces du marché entraîneraient le cours du brut à la hausse, l’Opep s’est engagée à tout mettre en oeuvre pour les stabiliser.

Mardi 11 septembre 2001. New York, poumon économique et financier de la planète, est à terre, abattu par une attaque terroriste suicide sans précédent. Les Twin Towers de Manhattan ne sont plus. Rasées. Rasées par des avions civils détournés et projetés contre les parois du double édifice. Le quartier de affaires est en deuil, la bourse de Wall Street, fermée, pleure ses morts, l’Amérique est inquiète. Immobile. Sur les marchés internationaux beaucoup s’interrogent et craignent d’assister à des krachs boursiers en cascade. Le monde spéculatif spécule sur une flambée des grands cours mondiaux. Au premier rang des inquiétudes, le pétrole.

L’Opep garde-fou du marché

 » L’Opep est pour la stabilité des marchés « , a déclaré Chakib Khelil, le président de l’Opep. Si le prix du baril a grimpé de 3,5 $ pour atteindre 31$, mardi, juste après le quadruple attentat aux Etats-Unis, il est tout de suite redescendu à 28 $ le lendemain.  » Il n’y a pas d’indication de panique d’achat après les attaques terroristes sur le sol américain « , a déclaré Obaid Bin Saif Al Nasiri, le ministre du pétrole et des ressources minérales des Emirats arabes unis.

Des déclarations qui se veulent rassurantes. Plus encore, l’Opep s’engage, le cas échéant, à juguler toute flambée des cours.  » Si les prix continuent à rester au-dessus de 30$ le baril, l’Opep se concertera pour prendre des mesures appropriées pour stabiliser le marché à un niveau approprié « , confiait mercredi Nasiri à la  » Gulf News « . Les lois du marché suspendent pour un temps leur vol, laissant un pays soigner ses blessures et évitant au monde de sombrer dans la conjoncture.