L’ONU somme la RDC, le Rwanda et l’Ouganda de démobiliser les enfants soldats

L’ONU a appelé la République démocratique du Congo (RDC), le Rwanda, et l’Ouganda à démobiliser les enfants soldats de l’ex-rébellion du M23, défaite par l’armée congolaise.

L’ONU veut profiter de la défaite de la rébellion du M23, vaincue par l’armée congolaise, pour appeler à la libération de tous les enfants soldats enrôlés de force dans le mouvement. Leila Zerrougui, la représentante de l’ONU pour les enfants et les conflits armés, a appelé mercredi, la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda, à prendre leurs « responsabilités » en démobilisant les enfants soldats du M23. Selon elle, « la priorité est de sortir les enfants, les identifier là où ils sont. Ici en RDC, c’est la responsabilité de la RDC, en Ouganda, la responsabilité de l’Ouganda, au Rwanda, la responsabilité du Rwanda ».

Pour la représentante de l’ONU, « chacun assume ses responsabilités pour que ces enfants qui ont subi l’injustice d’être privés de leur enfance reviennent dans leur famille, reviennent dans leurs écoles ». Elle a dénoncé la forte présence d’enfants dans les nombreux groupes armés locaux ou étrangers, citant en exemple les milices hutu rwandaises, Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et congolaise « Sheka », accusées de graves exactions contre les civils dans l’Est.

D’après elle, depuis que le M23 a mis fin à sa rébellion armée, « on nous a dit que parmi ceux se rendent, il y a des enfants. J’ai posé la question : « est-ce qu’il y a des enfants parmi ces groupes ? » On m’a dit :  » 25 à 30%, ce sont des enfants » ». Toutefois, Barbara Bentein, représentante de l’Unicef en RDC, a expliqué qu’un processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) était en cours pour « tous ces enfants qui viennent nombreux se mettre à l’abri des exactions dans les centres de transit et d’orientation de nos partenaires ».