L’ONU recherche une femme à sa tête!

L’ONU encourage les femmes au poste de Secrétaire général pour remplacer Ban Ki-moon qui est à cette fonction.

Le poste de Secrétaire général de l’ONU dédié aux femmes ? En tous cas, en prévision du départ de Ban Ki-moon, l’actuel Secrétaire général de l’ONU, fin 2016, après cinq ans de mandat, l’ONU a appelé les femmes à déposer leurs candidatures pour cette fonction. Une résolution ouvrant le poste aux femmes ainsi que l’évolution de la sélection du candidat devrait être adoptée ce vendredi 11 septembre 2015. Un signe d’ouverture salué par près de 40 pays.

Selon la résolution, l’Assemblée « invite les pays membres à envisager de présenter des candidates pour ce poste ». Bien qu’il s’agisse d’une grande première, il n’est pas question de discrimination positive : il faudra désigner le meilleur candidat possible ». L’heureux ou l’heureuse élue devra avoir « fait preuve de leadership et de qualités de gestionnaire, d’une longue expérience dans les relations internationales, d’un grand sens de la diplomatie et de la communication et de talents linguistiques multiples », indique la résolution.

Moscou voudrait que l’Europe de l’Est soit privilégié pour l’obtention du poste. D’autant que l’Asie (le Sud-coréen Ban Ki-moon) et l’Afrique (le Ghanéen Kofi Annan) ont déjà été représentés. Pour Moscou, la promotion de la femme ne doit pas réduire les chances qu’un citoyen issu de l’Europe de l’Est ait le poste. « Ce serait magnifique d’avoir une femme, mais il ne faut pas limiter nos options », estime l’ambassadeur russe, Vitali Tchourkine. L’Europe de l’Est « est persuadée que c’est son tour » de diriger la bureaucratie onusienne. Pour le moment, en 79 ans, huit hommes se sont succédés à ce poste, alors que rien ne s’oppose en principe à des candidatures féminines, même si une résolution datant de 1946 faisait référence à « un homme de grande valeur », qui estimait que choisir une femme était à l’époque impensable.

Comment seront donc sélectionnés les candidats ? Les candidats seront sélectionnés sur CV et prestation orale. Le Conseil de sécurité et l’Assemblée enverront une lettre d’appel à candidatures aux 193 pays membres. Les noms des candidats seront tous rendus publics, ainsi que leurs CV, et ils pourront passer un grand oral devant l’Assemblée.

Ce sont les cinq membres permanents du Conseil de l’ONU, détenteurs du droit de veto (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine), qui ont le plus de poids dans la sélection. D’après William Pace, responsable d’une coalition d’ONG qui militent pour davantage de transparence dans le choix du secrétaire général, la sélection, cette fois-ci, « sera bien différente de ce qu’elle a été depuis 1945 ». Il estime aussi que « la décision de l’Assemblée générale va remettre en cause la capacité (des cinq Grands du Conseil) à choisir en secret un candidat qu’ils pourront contrôler ».