L’ONU hausse le ton face à la récente vague de coups d’Etat en Afrique


Lecture 2 min.
Michelle Bachelet, Haute-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU
Michelle Bachelet, Haute-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU

La cheffe des droits de l’Homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a dénoncé la récente vague de coups d’Etat en Afrique. Elle l’a dit, ce mardi 8 mars, devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

Dans son intervention de ce mardi 8 mars 2022, la cheffe des droits de l’Homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a exprimé son inquiétude face aux « graves répercussions sur la stabilité des institutions, des sociétés et – au-delà des frontières nationales – dans la région au sens large ». La responsable onusienne a cité l’exemple de la situation au Mali où il s’observe « un rétrécissement de l’espace civique et du débat démocratique ».

S’agissant du récent coup d’État au Burkina Faso, la cheffe de l’ONU a alerté l’opinion sur les conséquences de ce changement constitutionnel qui pourrait « compromettre gravement » les progrès en matière de droits de l’Homme dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. « Je demande instamment le retour rapide à l’État de droit et à la démocratie constitutionnelle, dans le plein respect des droits et libertés de tous les Burkinabés ». A cette occasion, elle a invité les autorités de transition au respect des « engagements pris par le pays en vertu du droit international des droits de l’homme ».

La cheffe de l’ONU a noté par ailleurs que ces coups d’Etats alimentent les crises en Afrique subsaharienne. Elle a cité la multiplication des attaques de groupes armés séparatistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les affrontements interethniques et les attaques de la milice Boko Haram dans l’Extrême-Nord et, dans la région de l’Est. Face à cette vague de coups d’Etat en Afrique, notamment en Guinée, au Soudan, au Burkina Faso, au Tchad et au Mali, Mme Bachelet a appelé les gouvernements africains au renforcement « de la crédibilité des institutions démocratiques, ainsi que la responsabilité et l’indépendance d’institutions clés telles que le système judiciaire et les institutions nationales des droits de l’Homme ».

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter