L’OMS s’inquiète d’un développement du virus Ebola hors de la RD Congo

Le risque de propagation d’Ebola au-delà de la RDC est « extrêmement élevé » maintenant que deux cas ont été détectés à la frontière avec l’Ouganda, a mis en garde l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Le Rwanda et le Soudan du Sud pourraient aussi être touchés.

L’épidémie dans le nord de la République Démocratique du Congo est maintenant plus grande que dans le nord-ouest et plus difficile à contenir en raison de la forte concentration de la population et la mobilité accrue des personnes, ainsi que d’une offensive rebelle qui rend la population plus difficile à vacciner.

Après une attaque attaque de Beni, où les activités sont concentrées contre Ebola, les opérations de lutte contre la maladie ont été interrompues et l’Organisation mondiale de la santé affirme qu’une épidémie pourrait se développer rapidement en raison des attaques armées entrainant une méfiance accrue des populations ce qui oblige le personnel médical à suspendre leurs activités.

Le gestionnaire d’urgence de l’OMS, Peter Salama a averti que l’insécurité, l’opposition du public aux vaccins et à la rhétorique des politiciens avant les élections de décembre pourrait permettre la propagation de la maladie.

Le ministère congolais de la santé, dans un dernier rapport distribué hier soir avec des données datant du 29 septembre, note que le nombre total de cas est de 159, ventilé en 127 confirmés et 32 ​​probables.

« Si l’on compare le développement de cette dernière épidémie avec celle de mai dernier dans la province de l’Equateur, au nord-ouest de la RDC, nous avons pu réduire plus rapidement le problème de rejet la communauté », a expliqué le porte-parole de l’UNICEF en RDC , Yves Willemot, dans un entretien téléphonique de Kinshasa à Infobae.

Par conséquent, les tâches de communication, selon Willemot, sont à cette occasion une priorité et, pendant quelques semaines, nécessitent la présence de survivants d’Ebola dans les différentes équipes comme «preuve que vous pouvez survivre si vous êtes traité à temps». Le risque de propagation est cependant beaucoup plus important puisque l’on touche des zones allant de l’Ouganda, au Soudan du Sud et au Rwanda.

Depuis 8 derniers Août, près de 13 000 personnes ont été vaccinées, principalement dans les villes de Mabalako, Beni, Mandima, Katwa et Butembo, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a défini 60 anneaux de vaccination. Cette épidémie est la deuxième déclaré en 2018, huit jours après que le ministre de la Santé Oly Ilunga, a proclamé la fin de l’épidémie précédente dans la province de l’Equateur.

Rappelons que le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang et les fluides corporels contaminés, il transmet la fièvre hémorragique et peut atteindre un taux de mortalité de 90% s’il n’est pas traité à temps