L’offensive KFC au Maroc

Le premier Kentuky Fried Chiken du Royaume a ouvert ses portes le 16 août dernier à Casablanca. Nouvelle venue dans le secteur de la restauration rapide au Maroc, la franchise devrait compter 30 adresses dans le pays d’ici dix ans. Interview de Mohamed Ahmed, directeur général de la Société marocaine de projets touristiques, représentant de l’entreprise dans le pays.

Kentuky Fried Chiken (KFC) s’installe au Maroc. Le premier établissement de restauration rapide de la franchise américaine a ouvert ses portes le 16 août dernier sur la corniche de Casablanca. 2 100 mètres carrés, 500 couverts, 85 employés, les promoteurs ont vu grand. Ils prévoient d’ouvrir une trentaine de restaurants à travers tout le pays d’ici dix ans. Prudent mais ambitieux, Mohamed Ahmed, directeur général de la Société marocaine de projets touristique, représentant de l’enseigne sur le plan national, se déclare satisfait des premiers résultats même s’il est encore trop tôt pour établir un véritable bilan.

Afrik : Vous venez d’ouvrir le premier KFC du Maroc. Quel investissement cela représente-t-il ?

Mohamed Ahmed : Le coût du projet, tout compris, avec le terrain et le restaurant entièrement équipé, s’élève à 3 millions de dollars, 36 millions de dirhams. Six mois ont été nécessaires pour l’ensemble des travaux.

Afrik : vous avez connu tout de même quelques péripéties avant de pouvoir donner le premier coup de pelle. Votre directeur des relations publiques parlait de  » tracasseries administratives « .

Mohamed Ahmed : Oui, mais il faut oublier ce qui s’est passé. Le restaurant est réalisé. Finalement nous avons pu bénéficier de la politique d’encouragement à l’investissement du gouvernement

Afrik : Est-ce que le KFC est un bon investissement ?

Mohamed Ahmed : Les chiffres actuels (qu’il gardera secrets, ndlr) sont satisfaisants, mais il est encore trop tôt pour juger véritablement de la réussite du projet. Il faut attendre au moins une saison entière avant de se prononcer. Jusque-là il serait prématuré de parler de réussite

Afrik : La franchise KFC est-elle à vous ?

Mohamed Ahmed : Non, le KFC de Casablanca est une association entre la Société marocaine de projet touristique, qui représente la marque au Maroc, et la société égyptienne Americana, qui possède la franchise (elle possède la franchise depuis 30 ans au Moyen Orient, ndlr). Elle possède 70% du restaurant tandis que nous, nous avons 30%. Mais c’est nous qui administrons entièrement le site de Casablanca.

Afrik : Vous annoncez plus de trente adresses d’ici dix ans. Où ouvrira la seconde enseigne ?

Mohamed Ahmed : La prochaine ouvrira également à Casablanca. C’est la capitale économique du pays. Il faut donc essayer de satisfaire Casa avant d’aller vers d’autres villes.

Afrik : Comment a réagi la concurrence à votre arrivée ?

Mohamed Ahmed : Mc Donald a sorti, juste le jour de notre ouverture, des ailes de poulets comme nouveau produit (KFC est spécialisé dans la viande de poulet, ndlr). Mais bon, cela fait parti du jeu. De toutes façons, la concurrence est bonne pour le client.