L’Internet pour l’enseignement

Dans un continent où tant d’enfants n’ont pas accès à l’école, il est difficile de prétendre que l’Internet va apporter toutes les solutions aux problèmes de l’éducation ou que tout le monde pourra suivre en ligne les cours des grandes universités américaines. Pourtant, une nouvelle technologie ne prend son plein essor que dans les lieux où les technologies présentes jusque-là ne suffisaient pas à répondre aux besoins. Cela pourrait être particulièrement bien adapté à l’éducation et la formation à distance en Afrique.

L’éducation doit être un pilier du développement, l’outil d’une véritable promotion des sociétés et des économies du Sud, le moyen pour elles de ne pas rater le rendez-vous de la révolution numérique. C’est pourquoi l’école et la formation doivent être les premières des priorités. Ce n’est en aucun cas un luxe que des politiques d’ajustement structurel pourraient sacrifier : c’est le premier outil au service des pays émergents.

Mais l’enseignement, surtout lorsqu’il emprunte les nouvelles technologies, ne doit en aucun cas être entièrement docile, écoutant et répliquant les leçons préparées ailleurs. L’Internet ne sera une chance pour les pays du Sud que s’ils parviennent à en adapter les contenus à leurs besoins et à leurs spécificités culturelles.  » Il faut apprendre à assimiler sans être assimilé « , déclarait Madame Wade, femme de l’actuel président sénégalais. C’est là tout le défi qui attend l’Afrique…

A travers quelques exemples de ce qui se fait en Afrique, nous voulons montrer qu’il n’y a pas de fatalité et que l’enseignement à distance peut connaître une forte croissance sur le continent africain.

Retrouver ces exemples dans notre mini dossier sur l’enseignement.