L’insécurité alimentaire sévit au Zimbabwe

La faim en Afrique

Le Zimbabwe est sur le point de subir une famine. L’insécurité alimentaire y sévit depuis quelques mois. La rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit alimentaire, Hilal Elver affirme que près de 8 millions de Zimbabwéens auront besoin d’une aide alimentaire d’urgence d’ici la fin de l’année.

Près de 60% de la population, soit environ 7 millions de personnes sont aujourd’hui en proie à l’insécurité alimentaire au Zimbabwe. Une insécurité « créée par l’homme ». Le Zimbabwe est classé parmi les quatre pays où la famine est la plus forte. Les zones rurales sont les plus touchées. La pénurie alimentaire est surtout due à la sécheresse. Dans les zones urbaines, la situation est encore plus grave puisque la population n’a pas également accès à l’eau potable et aux soins.

La crise économique qui frappe le pays dure maintenant depuis vingt ans. La corruption généralisée dans les administrations publiques n’arrange pas les choses, bien que le nouveau Président, Emmerson Mnangagwa, essaie de l’enrayer. Le pays semble plonger dans un chaos total : pénurie d’eau potable, pénurie de carburant, pénurie de médicaments, écroulement du système sanitaire…

Pourtant le Zimbabwe a été autrefois le grenier de l’Afrique. Aujourd’hui, le pays, confronté à cette insécurité alimentaire, va encore devoir affronter les risques d’un désordre civil. Hilal Elver a souligné l’urgence et l’importance d’une résolution de la crise au niveau international. « Je lance un appel urgent au gouvernement et à la communauté internationale pour s’entendre et mettre fin à cette crise avant qu’elle ne se transforme en un mouvement de révolte sociale », souligne-t-elle.

Pour sa part, le Président Emmerson Mnangagwa a déjà réagi en renonçant à supprimer la subvention sur le maïs, une denrée de base nécessaire à la population dans ce pays, tout comme dans d’autres pays de l’Afrique Australe. Une telle subvention permettrait de garder le prix de cette précieuse denrée le plus bas possible.