L’ex-président gambien Yahya Jammeh aurait ordonné l’assassinat du journaliste Deyda Hydara

Un officier de l’armée gambienne a déclaré qu’il faisait partie d’un groupe d’hommes qui ont assassiné le rédacteur en chef gambien Deyda Hydara en 2004, sur ordre direct du président Yahya Jammeh, a rapporté l’Agence France-Presse.

Lors d’une déposition devant la Commission de vérité, de réconciliation et de réparations en Gambie, diffusée sur le réseau local Kerr Fatou, le lieutenant Malick Jatta a déclaré qu’il avait tiré avec au moins deux autres personnes et que pendant l’opération, son commandant était au téléphone avec le président Yahya Jammeh. Il a ajouté que le commandant lui avait ensuite remis une enveloppe contenant de l’argent.

« Depuis 15 ans, le CPJ appelle les autorités gambiennes à tout mettre en oeuvre pour que les auteurs du meurtre de Deyda Hydara soient traduits en justice. Aujourd’hui, Yahya Jammeh est accusé d’avoir donné l’ordre de tuer un journaliste respecté« , a déclaré Angela Quintal, coordinatrice du programme Afrique du CPJ. « Jammeh devrait être extradé vers la Gambie sans délai pour qu’il soit jugé pour le meurtre d’Hydara et d’autres exactions commises pendant son règne. »

Hydara était le rédacteur en chef et copropriétaire du journal indépendant The Point, et correspondant de l’AFP et de Reporters sans frontières. La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations a été créée en octobre par la Gambie et appuyée par le Royaume-Uni pour enquêter sur les violations présumées sous le règne de Jammeh, qui a 22 ans. Sa mission est de documenter les abus et d’accorder réparation aux victimes, a rapporté la BBC. L’ancien dirigeant vit en exil en Guinée équatoriale après avoir perdu une élection.

Lire aussi : Yahya Jammeh poursuivit pour des viols