L’essence flambe au Ghana

Le gouvernement ghanéen a augmenté, vendredi, le prix de l’essence à la pompe de près de 100%. Une mesure radicale qui vise à freiner la dette de l’unique raffinerie du pays. Les autorités misent sur les transports en commun et l’augmentation des salaires pour palier au coup de massue donné aux automobilistes.

Hausse spectaculaire du prix de l’essence au Ghana. Le prix à la pompe a pratiquement doublé la semaine dernière dans le pays. Motif : le gouvernement, décidé à stopper la dette de l’unique raffinerie nationale, a établi une nouvelle formule pour fixer les prix du carburant. Pour éviter de paralyser toute l’économie, les autorités développent un plan de transport en commun basé sur l’arrivée de plus de 600 nouveaux bus et devraient cette semaine consentir à une significative augmentation des salaires.

En passant de 10 500 cedis le gallon à 20 000 cedis (1,26 à 2,4 dollars les 3,8 litres) l’essence enregistre une hausse de 90,4 %. Objectif affiché de la nouvelle politique de prix : ramener les tarifs usagers aux coûts des investissements réalisés pour produire, raffiner, transporter et distribuer le carburant dans le pays. Car la santé de la seule raffinerie du Ghana n’est pas bonne. 527 millions de dollars de dette. Plus que l’ensemble des capitaux propres de toutes les banques du pays.

Arrivée de 610 nouveaux bus

Les conséquences sont déjà visibles dans les certaines grandes agglomérations où le prix des transports en commun, taxi et minibus, a plus que doublé. Mais les véritables craintes viennent de la masse des citoyens obligés de prendre leur voiture pour aller travailler. Coup de frein à l’économie nationale et grogne des automobilistes en perspective. Pour contrecarrer les difficultés à venir, l’Etat estime disposer de deux atouts majeurs. L’agrandissement du parc de bus et l’augmentation des salaires.

610 nouveaux bus devraient être mis en circulation d’ici mercredi. Les autorités attendent l’arrivée de 200 bus italiens pour la mi-février et ont commandé 250 véhicules à la Hollande ainsi que 100 autres à la Chine. Quant à la hausse annoncée des revenus, les chiffres avancés par le ministère des Finances font état de + 20%. Une déclaration officielle est attendue pour la fin de la semaine.