L’Espagne publie une carte du Maroc incluant le Sahara


Lecture 2 min.
Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol
Le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez

Le gouvernement espagnol vient de confirmer sa position vis-à-vis du Maroc en publiant une carte du royaume chérifien incluant les territoires du Sahara Occidental.

Les choses semblent aller très vite avec la venue au royaume chérifien du président du gouvernement espagnol. Arrivé dans ce pays d’Afrique du Nord, jeudi 7 avril, Pedro Sanchez a réussi à négocier la reprise de la liaison maritime entre l’Espagne et le Maroc, suspendu par le royaume chérifien depuis mars 2020. Ce n’est pas tout puisque le royaume ibérique aurait posé un autre acte très fort.

Selon le journal Hespress, le site officiel du ministère espagnol des Affaires étrangères a publié « la carte complète et non coupée du Maroc ». La carte du Maroc, relève le journal, a été adoptée « dans son intégralité sans la ligne discontinuée imaginaire séparant le Nord du Sud du Maroc, au niveau du Sahara marocain ». Ce que, renchérit le journal, marque une nouvelle étape dans les relations bilatérales entre Rabat et Madrid.

Acte qui ne pourrait pas surprendre si l’on sait que l’Espagne a jugé le plan d’autonomie proposé par le Maroc comme la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre le différend avec le Sahara Occidental. En marge de sa visite de ce jeudi au royaume chérifien, Pedro Sanchez a d’ailleurs réaffirmé que « c’est la meilleure position dans l’intérêt général de l’Espagne… Nous sommes dans le cadre des Nations Unies et sur le même chemin depuis 2007 ». Avec cette décision, l’Espagne rejoint ainsi les Etats-Unis, relève Hespress.

Après l’accord décroché par l’ancien Président américain Donald Trump, qui avait reconnu la marocanité du Sahara Occidental en contrepartie de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël, il avait été attribué à Washington d’avoir publié une nouvelle carte du royaume chérifien incluant les territoires sahraouis. Dans tous les cas, nul doute que cette nouvelle option prise par le royaume ibérique va déclencher la colère d’Alger et du Front Polisario.

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter