L’esclavage, crime contre l’humanité

Esclavagisme. La grande polémique qui secoue le monde associatif et politique autour des réparations financières de l’esclavage, avant la tenue du sommet de Durban, est troublante. Difficile d’avoir un avis tranché. Le président sénégalais, avec son franc-parler, est contre toute indemnisation.  » Une insulte à notre race « . Il trouve la question indigne. Moralement, elle l’est peut-être. Cependant, dédommager n’est pas réparer.

Il est difficile de blesser moralement les multinationales du tabac, du coton…qui ont profité de l’esclavage. Le dollar n’a pas d’odeur. Pourquoi ces entreprises ne dédommageraient pas l’Afrique en participant à son développement ?

L’autre problématique est la reconnaissance par certains pays musulmans, en Afrique du Nord et sahélienne, de leur participation à l’esclavagisme. Peut-être  » plus humain  » et moins systématique, organisé à grande échelle, il n’en demeure pas moins que c’était de l’esclavagisme. La Mauritanie ne l’a aboli officiellement que durant ces dernières années. Officieusement, il continue.

Abdoulaye Wade précise que certains pays africains – mais peut-on parler d’Etats africains à l’époque ? – ont été impliqués dans ce crime contre l’humanité, attirés par le gain facile. Du passé, faut-il faire table rase ?

Le pardon. L’Africain a vu son identité se briser, s’éparpiller, depuis la Révolution industrielle. Traversant mers et océans contre son gré, il a dû changer de nom, porter celui de son  » maître « , changer de religion, de croyance… Il a dû s’inventer. Il est vrai que cette schizophrénie imposée n’est pas monnayable, tout comme la mémoire des millions d’esclaves.

Les associations qui exigent un dédommagement financier ont raison. Ceux qui pensent que c’est immoral ont raison. Tous les survivants de ce crime contre l’humanité ont raison. Quel que soit leur discours.