L’endométriose, cette maladie qui invalide une femme sur dix !


Lecture 2 min.
Drapeau des Etats-Unis
Drapeau des Etats-Unis

Maladie gynécologique très invalidante, l’endométriose concerne une femme sur dix et se manifeste par des règles douloureuses ou hémorragiques, des douleurs lors des rapports sexuels ainsi que d’autres troubles.

Maladie gynécologique très invalidante, l’endométriose concerne une femme sur dix et se manifeste par des règles douloureuses ou hémorragiques, des douleurs lors des rapports sexuels ainsi que d’autres troubles. En somme, des douleurs atroces au quotidien pour les femmes qui en sont victimes.

Chaque femme possède l’endomètre, le tissu qui tapisse l’utérus. C’est cette muqueuse qui constitue les règles en se détachant chaque mois. L’endométriose est une pathologie caractérisée par la présence de tissu utérin en dehors de la cavité utérine qui se manifeste notamment par des règles douloureuses ou hémorragiques, des douleurs lors des rapports sexuels ainsi que d’autres troubles.

Moins connue que le cancer du sein ou d’autres maladies uniquement féminines, l’endométriose concerne une femme sur dix. La Journée mondiale contre l’endométriose qui se déroule tous les 13 mars donne l’occasion de sensibiliser le public face à cette pathologie complexe.

Même si un lien de cause à effet n’a pas encore entièrement élucidée, elle est également corrélée à un risque important d’infertilité. Un premier diagnostic se fait par un examen clinique et échographique, voire par IRM. Mais le diagnostic définitif s’appuie sur l’analyse du tissu prélevé au cours d’une chirurgie mini-invasive pour retirer les lésions.

En premier lieu, un traitement hormonal est prodigué avant de se tourner vers la chirurgie. Les chercheurs se penchent actuellement sur la piste génétique en tentant d’identifier des gènes de susceptibilité. Mais ils n’écartent pas la piste environnementale et s’interrogent notamment sur un rôle éventuel des perturbateurs endocriniens.

Toutefois, ces femmes atteintes d’endométriose qui souffrent très souvent de douleurs chroniques pelviennes, en particulier au moment des règles, souhaitent plus de reconnaissance sociale et médicale.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter