L’Economie ivoirienne en campagne

Le ministre ivoirien de l’Economie et des finances, accompagné d’une importante délégation, a terminé mardi une visite officielle d’une semaine en France. Paul Bohoun Bouabré a notamment été reçu par son homologue français Nicolas Sarkozy. Il s’estime satisfait de son voyage à Paris et s’est envolé serein pour Washington où il aura la lourde tâche de réconcilier la Banque mondiale avec la Côte d’Ivoire.

Par Philippe Kouhon

Le premier argentier ivoirien a quitté la Côte d’Ivoire depuis le 20 septembre dernier. Invité à prendre part à l’assemblée annuelle des institutions de Breton Woods à Washington (Etats-Unis), simultanément au rituel semestriel des ministres de l’économie et des finances et des gouverneurs des banques centrales des pays ayant en commun le franc Cfa, c’est fort d’une délégation de six personnes que le ministre Bohoun Bouabré a foulé le sol français avant de s’envoler pour les Etats-Unis ce mardi 28 septembre.

Arrivés à Paris le mardi 21 septembre dernier, le ministre ivoirien de l’économie et des finances (M. Paul Bohoun Bouabré), le directeur général de l’économie (M. Kouassi Houssou), le directeur de cabinet (M. Aubert Zoré), le directeur général du budget et des finances (M. Kouassi Kouamé), le directeur général du trésor et de la comptabilité publique (M.Charles Dibi), le PDG de la banque nationale d’investissement (M. Victor Nambele Fini), le conseiller spécial du ministre de l’économie et des finances (M. Guei Blé), étaient du voyage et ont participé à une série de rencontres de travail. D’abord à Bercy où le ministre français de l’Economie, Nicolas Sarkozy a reçu ses homologues au cours du traditionnel déjeuner, avant d’entamer le plat de résistance au cours d’une séance plénière pour enfin laisser place aux différents têtes-à- têtes bilatéraux.

Taux de croissance en hausse

Au menu des discussions, la question de la coopération entre la France et les pays de la zone franc, la santé de l’économie dans chaque pays. Le cas de la Côte d’Ivoire, qui représente 40% du PIB de l’union économique monétaire ouest africain, est traité avec plus d’attention. L’occasion pour la délégation ivoirienne de rendre compte de la situation globale des effets de la crise sur l’économie ivoirienne qui pourtant affiche un taux de croissance en hausse (3,4 % en 2004 contre 2,5 % en 2003). D’où un appel à la France et aux institutions financières internationales afin d’aider le pays pour sa relance économique. « Quand vous injectez 100 Fcfa en Côte d’Ivoire, c’est 30 Fcfa que vous injectez dans le développement de la sous région », plaide le premier argentier ivoirien.

Bohoun Bouabré s’est également entretenu personnellement avec son homologue français, ainsi que le directeur général du trésor, les représentants du Club de Paris et quelques autres opérateurs économiques privés sur la question ivoirienne. « Je pars à Washington, satisfait de mon séjour en France. Nos partenaires ont été attentifs à nos requêtes afin d’apporter leur appui financier pour la poursuite du programme DDR (Désarmement, démobilisation, réintégration, ndlr). J’ai aussi signifié à nos alliés nos besoins en matière de développement que sont, les besoins en infrastructure économique et les réformes sectorielles », dira le ministre à sa sortie.

Renouer le dialogue avec la Banque mondiale

A la question de savoir le fond de son voyage aux Etats-Unis, le ministre Bohoun Bouabré répond : « Après l’incident qui a eu lieu au mois de juin entre la Côte d’Ivoire et la Banque mondiale et qui a provoqué la suspension des décaissements en direction de notre pays, ma mission à Washington consistera à trouver un accord quant au traitement de nos arriérés. Je fonderai ma plaidoirie sur notre état de guerre. Et j’espère que nos partenaires économiques onusiens seront à notre écoute. » Après donc une semaine marathon de plaidoyer auprès des décideurs occidentaux, la délégation ministérielle s’est envolée pour Washington mardi dernier pour assister à l’assemblée annuelle du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale prévue pour dimanche. Leur retour à Abidjan est prévu le 6 octobre prochain.