L’échappée belle de Thierry Gry

Thierry Gry a pris la roue de la première échappée et s’est accroché jusqu’à 10 km de l’arrivée avant de placer un coup de pédale ravageur. Le Français a décroché le podium lors de la troisième étape du Tour du Sénégal.

Croire jusqu’au bout. Quand on fait partie d’une échappée, il ne faut pas douter de sa réussite. Thierry Gry y a cru jusqu’au bout. Au départ de Kaolack, les sprinters avaient imposé un rythme infernal afin de décourager toutes les tentatives d’échappées. Il faut dire que le terrain plat est fait sur mesure pour les sprinters…et les échappées.

L’étape Kaolak-Fatick-Kaolak, 80 km, est une aubaine pour les audacieux. Quatre coureurs se détachent du peloton et tentent leur chance. Banco, l’échappée creuse très vite l’écart. Les Angolais Bruno Casimuro et Maccio Mucanza, le Sénégalais Abdoulaye Thiam et le Français Thierry Grey décident de coopérer en faisant vivre l’échappée, chacun prenant le relais à son tour.

Maudite chaîne

A 35 km/h de moyenne, la course a été très rapide. Le peloton emmené par les équipes de sprinters donnait de violents coups de pédale pour fondre sur l’échappée. A l’avant, on ne se posait pas de question. Les Angolais endiablaient le rythme, convaincus de réussir à tenir le peloton à bonne distance. Abdoulaye Thiam se dépense sans réserve. Et Thierry Gry, à dix kilomètres de l’arrivée, place un coup de pédale meurtrier qui scotche ses adversaires. Les Angolais finissent par réagir en prenant sa roue et le Sénégalais se voyait déjà sur le podium.

Le public voulait voir Abdoulaye Thiam dans le trio de tête à l’arrivée. Thierry Gry franchit le premier la ligne sous le soleil voilé de Kaolack. A quelques mètres de l’arrivée, Abdoulaye Thiam, malchanceux, se voit privé de podium à cause d’un problème de chaîne. Ce n’est pas à cette étape encore que l’équipe sénégalaise arrivera à placer un coureur sur le podium. Les Angolais raflent la seconde et troisième places, fort méritées. Le peloton, malgré un rythme soutenu, n’arrive que vingt secondes plus tard.