L’Autorité du bassin du Niger adopte une Charte de l’eau

Le 8ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement des neufs pays membres de l’Autorité du bassin du Niger (ABN) a clôturé, mercredi, à Niamey, ses travaux par l’adoption d’une Charte de l’eau, en vue de garantir la bonne gestion des eaux du fleuve Niger.

Cette Charte de l’eau constitue le document juridique de base pour une gestion paisible et consensuelle des eaux du fleuve Niger. Selon le ministre nigérien de l’Hydraulique, Tassiou Aminou, le sommet a en outre recommandé l’organisation le 23 juin prochain à Niamey de la table ronde des bailleurs de fonds de l’organisation, en vue de mobiliser les moyens nécessaires à la mise en oeuvre du plan quinquennal prioritaire 2008-2012.

On rappelle que le plan quinquennal prioritaire 2008– 2012 représente le premier segment du programme d’investissement de l’ABN et devra coûter quelque 1400.000 euros, soit près de 905 milliards de FCFA. Quant au programme d’investissement, il est estimé à 3645 milliards de FCFA.

Le sommet de l’ABN a également demandé que des dispositions soient prises en vue de l’accélération de la réalisation du barrage de Taoussa en République du Mali et de Kandadji, en République du Niger.

A la recherche d’un financement autonome et durable

« Le sommet recommande l’accélération de la réalisation des études portant sur le financement autonome et durable de l’Autorité du bassin du Niger et la maîtrise d’ouvrage par le Secrétariat exécutif, ainsi que du rythme d’aménagement et de mise en valeur des potentiels irrigables en vue d’améliorer la sécurité alimentaire dans le bassin du Niger », a ajouté le ministre nigérien.

On rappelle que les pays membres de l’ABN se sont inscrits dans une « vision partagée » du bassin du Niger, une décision issue du sommet d’Abuja tenu en février 2002 et dont les bases ont été jetées deux années plus tard à Paris, à l’initiative du président français Jacques Chirac.

Une feuille de route avait alors été établie, assortie d’une « Déclaration dite de Paris » sur les principes de gestion et de bonne gouvernance pour un développement durable du bassin.

Long de 4.200 Km, le fleuve Niger est le troisième d’Afrique avec une superficie de l’ordre de 2.100.000 Km2. Son bassin versant couvre un tiers de la superficie totale de la sous-région ouest-africaine tandis que son bassin actif s’étale sur près de 1.500.000 Km2.

Il abrite environ 110 millions de personnes réparties sur les territoires de neuf pays à savoir : le Niger, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Nigéria et le Tchad.

Lire aussi:

 Le fleuve Niger en sursis