L’Assemblée nationale du Niger dans l’impasse

Amadou Salifou, le président de l’Assemblée nationale, ne semble pas le bienvenu dans l’hémicycle. Et pour cause, l’institution se réunit, ce lundi, afin de valider ou non son élection.

L’élection d’Amadou Salifou à la tête de l’Assemblée nationale semble contestée. En effet, l’opposition s’était élevée contre cette élection. De plus, la Cour Constitutionnelle s’est déclarée incapable de valider cette élection. Le vice-président qui assure l’intérim a donc réuni, ce lundi, les députés afin de tenter de trouver un consensus.

Une élection contestée

Le 24 novembre, Amadou Salifou est élu à la tête de l’Assemblée nationale. Il a obtenu 71 voix sur 113, lors du vote. Toutefois, son élection a suscité l’incompréhension d’une partie des députés, car Amadou Salifou est un député dissident du Mouvement National pour la Société de Développement (MNSD), parti d’opposition, qui a rallié le pouvoir. Ces derniers ont choisi de boycotter le vote, en jetant à terre les urnes prévues pour l’élection. L’un d’entre eux, Boubacar Mossi, a qualifié ce geste « de révolte des députés ». Les 47 députés s’opposant à cette élection ont tout tenté pour montrer leur désapprobation, en vain.

Certains députés ont saisi la Cour Constitutionnelle, début décembre, dans le but d’invalider l’élection. Jeudi, la Cour Constitutionnelle, a rendu un arrêt se jugeant incapable de statuer sur la question. Elle a indiqué ne pas avoir obtenu de document attestant le compte-rendu de la séance plénière datant du 24 novembre.

Lors de la réunion en session extraordinaire de l’Assemblée nationale, les députés vont tenter de trouver un consensus face à cette cacophonie qui anime l’hémicycle. Un nouveau vote va-t-il avoir lieu ? L’élection d’Amadou Salifou va-t-elle enfin être reconnue ? Affaire à suivre.