L’Art des Ayyoubides s’expose

 » L’Orient de Saladin « , la nouvelle exposition de l’Institut du Monde Arabe (Paris) permet de découvrir le siècle des Ayyoubides, période charnière de l’histoire du Monde arabe dominée par la figure de Saladin.

Salah el-Din el-Ayyoubi. Saladin (1138-1193), sultan magnifique chanté par Lessing et Walter Scott, est une figure mythique de l’Islam aussi bien dans le monde arabe qu’en Occident. Avec l’exposition  » L’Orient de Saladin « , l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris permet aux visiteurs de découvrir la dynastie ayyoubide, dominée par la personnalité de Saladin.

 » L’exposition ne vise pas seulement à évoquer la figure de Saladin mais plutôt à traiter de l’art des Ayyoubides, la dynastie qui, à la suite de son fondateur, unifie les vastes territoires du Proche-Orient arabe « , précise Sylvie Makariou, conservateur à la section Islam du Département des Antiquités Orientales du Musée du Louvre et commissaire scientifique de l’exposition.  » Plutôt que l’art ayyoubide, c’est l’art au temps des Ayyoubides, qu’il soit de commande ou non, que nous proposons de faire découvrir au public « , poursuit-elle.

Madrasa-mausolée

Cette dynastie assez brève (elle dure 80 ans) règne sur un vaste espace qui comprend non seulement la Syrie et l’Egypte, jusqu’à ses marches soudanaises, mais aussi la Mésopotamie dans sa quasi-totalité et une grande partie de la péninsule arabique, Yémen compris. Et va imprimer de profonds changements dans cette partie du monde. Alors que la période est marquée par de violents affrontements avec les Croisés, elle est aussi celle d’un progrès social, d’un bouillonnement culturel, un embellissement des villes et de relations commerciales accrues avec les ports occidentaux.

Et si l’architecture ayyoubide est avant tout militaire – la Citadelle du Caire en est l’un des fleurons -, c’est aussi une architecture du savoir. Dans leur politique de rétablissement du sunnisme, les Ayyoubides encouragent la construction des madrasas (lieux d’enseignement) et des mausolées. Se développe alors la madrasa-mausolée. Ainsi, al-Kâmil construit au Caire le mausolée de l’imâm Shâfi’i (767-820)*, accolé à la madrasa réservée à l’enseignement de son rite, le chafiisme.

Vase de Charlemagne

L’exposition permet de prendre conscience du niveau atteint par trois techniques artisanales qui se développent à l’époque en Egypte et en Syrie. Celle du verre émaillé et doré – qui apparaît en Syrie au XIIe siècle – avec des pièces fascinantes comme le  » gobelet du cavalier  » (en verre soufflé, émaillé et doré, Syrie, milieu du XIIIe), le  » gobelet aux poissons  » (Egypte ou Syrie, XIII-XIVe, verre émaillé et doré) ou encore le gobelet dit  » Vase de Charlemagne  » (Syrie, milieu du XIIIe) d’une beauté et d’une délicatesse incroyables. Celle du métal – c’est l’apogée de l’art islamique du métal – avec des bassins en laiton incrusté d’or et d’argent, des aiguières en alliage de cuivre incrusté d’argent. Enfin, celle de la céramique. C’est à cette époque que les potiers maîtrisent pour la première fois un décor peint sous une glaçure transparente.

A côté de ces objets, des choses rares et émouvantes : un fragment d’une  » Scène de bataille au pied des remparts  » peint à la gouache sur papier au XIIIe siècle en Egypte ou encore un fragment d’une tunique en provenance de Syrie ou d’Egypte, qui fut sans doute l’un des plus somptueux vêtements créés sous les Ayyoubides.

Le siècle des Ayyoubides, quoique peu et mal connu du grand public, est un moment charnière de l’histoire du Monde arabe. Il méritait une exposition, et celle de l’IMA est à la hauteur de sa richesse.

*Imâm Shâfi’i : l’un des quatre grands juristes du monde musulman, fondateur des quatre rites de l’Islam sunnite majoritaire. Fondateur du chafiisme, doctrine juridique dominante en Egypte.

L’Orient de Saladin. Du 23 octobre 2001 au 10 mars 2002. Institut du Monde Arabe. 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, 75005 Paris.