L’armée nigériane sauve 76 écolières lors d’une attaque de Boko Haram

Les autorités militaires nigérianes ont déclaré avoir secouru 76 écolières, et récupéré les corps de deux autres, après une attaque de membres présumés de Boko Haram. Des dizaines de fillettes pourraient être portées disparues

Douze véhicules transportant des insurgés et des armes lourdes ont pénétré dans le campus de l’école, ont ouvert le feu et largué des explosifs. Les étudiants et les enseignants ont fui dans le bush environnant au milieu du chaos qui s’ensuivit et des dizaines de personnes n’ont pas été vues depuis.

Les autorités disent croire que les extrémistes n’étaient pas après les filles ou leurs enseignants, mais ont fait irruption dans l’école à la recherche de nourriture.

Selon les premiers rapports, environ 100 élèves pourraient être portés disparus dans l’internat de la ville de Dapchi, au nord-est du pays.

On ne sait pas combien d’élèves peuvent encore être portés disparus, dans quelles circonstances ou où elles pourraient être. Abdullahi Bego, un porte-parole du gouverneur de l’Etat de Yobe, a déclaré mercredi à Al Jazeera que certaines des filles de l’école avaient été sauvées par l’armée nigériane « des militants de Boko Haram qui les avaient enlevées après avoir attaqué l’école« .

Pourtant, plus tôt dans la journée, Reuters a reçu des rapports contradictoires de la police nigériane et du ministère régional de l’éducation, qui ont nié tout enlèvement avait eu lieu.

L’attaque intervient quatre ans après que des combattants de Boko Haram ont enlevé 276 filles d’un pensionnat dans la ville de Chibok.

Les filles de Chibok, comme on les appelle, ont été détenues en captivité pendant trois ans et finalement libérées en mai 2017, après de longues négociations entre le gouvernement nigérian et le groupe extrémiste d’origine locale, affilié à l’Etat islamique.

Reuters rappelle que plus de 20 000 personnes ont été tuées et deux millions forcées de fuir leurs foyers dans le nord-est de la nation la plus peuplée d’Afrique depuis que Boko Haram a commencé son insurrection en 2009.

Dans une autre interview avec Al Jazeera, Abdumaliki Sunmonu a dit qu’il est difficile d’avoir un compte exact du nombre de filles disparues parce que « toutes les filles ne vivent pas à l’internat et certaines n’étaient peut-être pas présentes au moment du raid.  »

« Tout le monde célèbre leur venue avec des chansons et des louanges au Dieu Tout-Puissant« , a déclaré Babagana Umar, l’un des parents dont la fille avait disparu, au service de presse.

« La seule nouvelle triste est que deux filles étaient mortes et aucune explication« , a-t-elle dit.