L’Angola prend la tête du Processus de Kimberley

L’Angola va prendre la direction du Processus de Kimberley, l’organe de surveillance du commerce du diamant.

La réunion plénière du Processus de Kimberlley, l’organisation de surveillance du commerce du diamant, a débuté ce lundi en Chine sous l’égide des Nations Unies. Et c’est l’Angola qui va prendre la direction de l’organe, selon l’Agence de presse africaine (APA).

La réunion plénière du système de certification du processus de Kimberley (SCPK) se poursuivra jusqu’au 14 novembre dans la ville méridionale chinoise de Guangzhou. L’Angola sera représenté à la réunion par le géologue et ministre des Mines, Francisco Queiroz, et son ambassadeur en Chine, Joao Bernardo. L’Angola assurait jusque-là la vice-présidence de l’organisme. Désormais Dubaï et l’Australie postulent pour la vice-présidence.

Le SCPK est un processus mis en place en 2003 pour empêcher le commerce frauduleux du diamant brut de mettre à mal le commerce légal selon la résolution 55/56 de l’Assemblée générale des Nations Unies. Il permet d’assurer la traçabilité des diamants et des bijoux en diamant de la mine jusqu’à la mise sur le marché, l’industrie en partenariat avec les Nations Unies, les Gouvernement, et les Organisations Non Gouvernementales contrôle les exportations de diamants pour prévenir le commerce illégal de diamants.