L’Angola célèbre la beauté des femmes mutilées


Lecture 3 min.
Filomena Domingos Da Costa

L’Angola organise ce mercredi la première édition du concours « Miss rescapée des mines ». Cette compétition militante, qui sera suivie d’une élection en ligne, a pour objectif de redonner confiance aux personnes mutilées par une mine antipersonnel et de sensibiliser aux ravages que cause cette arme.

Ana DiogoL’Angola accueille un concours de beauté hors norme : l’élection de « Miss rescapée des mines ». Dix-huit candidates représenteront leur province lors de la manifestation, mercredi, dans un grand hôtel de Luanda. Leur caractéristique ? Elles font partie des dizaines de milliers d’habitants estropiés par les mines antipersonnel enfouies dans les entrailles du pays. Triste héritage de la guerre civile qui s’est achevée en 2002, après avoir déchiré le pays pendant 27 ans.

« Bien plus que des victimes à plaindre »

C’est l’artiste et styliste norvégien Morten Traavik qui a eu l’idée de cette compétition, organisée en amont de la Journée internationale pour la sensibilisation aux mines et l’assistance à la lutte antimines du 4 avril. Lors d’un voyage en Angola, il a été frappé par le nombre de personnes dont la silhouette est devenue asymétrique après qu’une mine leur a arraché la jambe.

Filomena Domingos Da Costa« J’ai pris l’initiative de ce concours parce que je voulais attirer l’attention en Angola et dans le monde sur un sujet important. Mais j’étais fatigué des photos des pauvres africains qui souffrent publiées dans les médias occidentaux. Je voulais montrer que ces femmes sont bien plus que des victimes passives à plaindre », a déclaré Morten Traavik à Afrik.

Le slogan du concours, que certains jugent déplacé, est « la beauté existe en chacun, il faut juste la trouver ». « L’objectif […] est de restaurer leur confiance en elles-mêmes (les femmes mutilées) et d’en faire les ambassadrices de leur propre cause », a expliqué au journal angolais Jornal de Angola Madalena Neto, coordinatrice de la Commission nationale de déminage et d’assistance humanitaire, partenaire de l’événement avec l’Union européenne.

Poses de stars

Severina CuhielaLes dix-huit candidates, âgées entre 18 et 35 ans, semblent bien assumer leur handicap. En témoigne le site de « Miss rescapée des mines », où dix des concurrentes sont présentées. Lorsque l’on clique sur leur photo, on les découvre posant fièrement dans des robes fashion de la marque American Apparel.

Les clichés, qui valorisent résolument les rivales, présentent des portraits très variés. Exemple : alors que Mariana Lucas, la représentante de la province Huambo, décoche un sourire ravageur à l’objectif en prenant appui sur sa béquille ; Severina Cuhiela, Miss Cunene, visage fermé, opte pour une pose avec sa prothèse.

Près de 8 700 votes en ligne

Generosa CassindaLa plus convaincante remportera mercredi le « prix spécial du jury » et une prothèse sur mesure créée par le premier fabricant norvégien. Après ce sacre, les dix femmes du site sauront laquelle a été élue « gagnante du public » pour avoir obtenu le plus de votes sur Internet. Les organisateurs appellent d’ailleurs les internautes, qui peuvent s’exprimer jusqu’au 4 avril, à ne s’exprimer qu’une seule fois pour ne pas fausser le résultat.

A l’heure où nous écrivons, près de 8 700 personnes ont déjà voté pour leur concurrente favorite. Les trois premières sont pour le moment Maria Restino Manuel (province du Cuanza Sul) avec 29% des voix, Generosa Cassinda (Cuando Cubango, 23%) et Maria da Fatima Conceicao (Moxico, 14%).

 Visiter le site de « Miss rescapée des mines »

Copyright photos : Miss Landmine 2008

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter