L’Afrique réagit aux frappes anglo-saxonnes

Revue de presse et réactions africaines aux frappes aériennes anglo-saxonnes sur l’Afghanistan dans la nuit de dimanche à lundi.

Algérie

El Watan

Charlatanisme

 » La cause palestinienne continue d’être le fonds de commerce qu’utilisent tous les faussaires, tous les aventuriers et tous les potentats arabes pour justifier des comportements qui n’ont rien à voir avec elle. Ben Laden tente d’expliquer les attentats par l’injustice faite au peuple palestinien. Il n’innove pas en la matière. Depuis 1948, tous les dictateurs arabes ont exploité le drame du peuple palestinien, à des fins de politique intérieure pour notamment réprimer les oppositions internes et faire diversion. Les dirigeants arabes ont été jusqu’à créer des groupuscules palestiniens pour défendre uniquement leurs intérêts tout en accentuant les divisions des rangs au sein de ceux qu’ils prétendent défendre.  » Tayeb Belghiche

Tunisie

La presse s’est contentée de reprendre un communiqué

Le ministère des Affaires étrangères communique:

« Suite au déclenchement des opérations militaires en Afghanistan, dans le cadre de la riposte aux attentats terroristes criminels qui ont frappé les Etats-Unis d’Amérique, le 11septembre 2001, attentats que notre pays a vigoureusement condamnés, la Tunisie espère voir épargnés les civils innocents parmi le peuple afghan.

Tout en rappelant sa ferme position de principe pour lutter contre le terrorisme et la nécessité de réunir les efforts de la communauté internationale en vue de faire face à ce phénomène qui représente une véritable menace pour la sécurité de tous les peuples de la terre, la Tunisie appelle de nouveau la communauté internationale à une concertation rapide et à une action urgente pour combattre ce fléau en s’attaquant à ses racines et à toutes ses formes, dans le cadre des Nations unies et sur la base d’une approche globale « .

Maroc

L’Economiste

Etat palestinien

Ennemi des talibans et ami du peuple afghan, Bush inverse ainsi la politique américaine en annonçant les frappes. Car c’est bien l’Amérique qui avait créé et armé, directement, ou par Saoudiens et Pakistanais interposés, ces hordes enturbannées. Elles ont combattu l’ex-URSS, puis complètement détruit le pays et sa population, sous un oeil américain indifférent. Leur bombe leur ayant explosé entre les mains, les Etats-Unis se vengent aujourd’hui dans les montagnes afghanes, et partout dans le monde, contre les réseaux. Ceux-ci (Pays musulmans, ndlr)devraient d’ailleurs prendre Bush au mot : il s’est prononcé pour un Etat palestinien, autant lui dire « tout de suite, envoyez un ambassadeur ». Chacun sait comment le « processus de paix » a traîné avant de mourir, au gré des changements d’hommes à la Maison Blanche et des pressions des lobbies juifs. L’Etat palestinien, c’est maintenant ou jamais.

Al Bayane

Arrêtez les frais !

Toute une génération se paie, ces jours-ci, un voyage dans le passé. Parce que Ben Laden et ses copains sont des ingrats qui se retournent contre leur mère naturelle et nourricière américaine, tout le monde retrouve l’atmosphère des années soixante et soixante dix.

Un peu partout dans le monde, on arrête les Arabes à vue. Seule explication : la propension à être membre d’une organisation terroriste est plus que proportionnelle à la pigmentation de la peau.

Egypte

Soutien inconditionnel

Le président égyptien Hosni Moubarak a affirmé mardi que son pays « soutient toutes les mesures américaines » antiterroristes, dans sa première réaction aux frappes contre l’Afghanistan. « Nous soutenons toutes les mesures américaines pour éradiquer le terrorisme, car nous en avons souffert. En même temps, nous appelons les Etats-Unis à prendre des mesures efficaces pour résoudre le problème palestinien, car nous pensons qu’une telle solution aura une importance majeure pour tarir les sources du terrorisme ».

Al Ahram

Nouvelle ère pour les Américains et les Arabes

« J’ai dit au nouvel ambassadeur américain, David Welsh, qu’il est en poste en Egypte à un moment délicat des relations arabo-américaines. Pourtant, malgré la gravité du moment, il me semble que c’est une bonne opportunité pour que les Etats-Unis reconsidèrent leur politique au Proche-Orient. Le président Bush jouit aujourd’hui d’une latitude d’actions très importantes de la part du peuple américain – ce qui n’avait pas été le cas au moment des élections – pour faire en sorte que les événements du 11 septembre ne se répètent point.

Cette unanimité limite l’influence des cercles de pressions juifs à l’intérieur et restreint à l’extérieur la capacité d’Israël de tergiverser ou de se rebeller. La pression exercée par Washington dernièrement sur le gouvernement de Sharon pour mettre un terme à la violence et pour décider d’une rencontre entre Pérès et Arafat a montré pour la première fois que les circonstances actuelles permettent aux Etats-Unis de dicter à Israël certaines résolutions dûment attendues. » Mohamed Salmawy

Madagascar

Midi Madagasikara

Que vaut un taliban ?

« La guerre est un luxe que même les plus grandes puissances ont du mal à s’offrir. Un million de dollars le Viet. Tout le monde a certainement encore en tête ce livre de Jean Lartéguy, dans lequel l’écrivain évalue le prix que les Etats-Unis avaient à payer pour descendre un Vietcong dans une ruineuse guerre du Vietnam d’où les Américains devaient se retirer sans gloire… Que  » vaudra  » un Taliban ? Jean Lartéguy, à votre plume ! » Stéphane Jacob

Sénégal

Sud Quotidien

Me Abdoulaye Wade s’exprime dans Sud quotidien :  » Concernant les frappes, je pense que personne n’est surpris après les attaques du World Trade Center, du Pentagone et les menaces sur la Maison Blanche. Il était tout à fait normal que les États Unis réagissent fermement et c’est ce qu’ils sont entrain de faire donc ceci n’est pas surprenant.  »

Le Soleil

Jusqu’où ?

 » Jusqu’où iront ces frappes contre l’Afghanistan ? Le président Bush parle de mettre hors de nuire un régime soutenant un hors-la-loi, à travers une opération épargnant les populations civiles afghanes. Il est vrai qu’Américains et Britanniques ont une avance extraordinaire dans leurs armements.

 » La riposte américaine, même légitime … ne fait-elle pas courir les risques d’une troisième guerre mondiale ou d’une guerre biologique ? (…) Voilà posé le dilemme auquel le monde doit aujourd’hui faire face. Ne pas punir les terroristes, c’est courir le risque de voir des gens en cagoule dicter leurs lois au monde. Mais éliminer des gouvernements sous prétexte qu’ils soutiennent des terroristes, c’est aussi exposer la planète à une guerre sans fin pouvant déboucher sur l’apocalypse.  » Amadou Gaye

Cameroun

Soutien total

Dans un communiqué signé du secrétaire général de la présidence de la République, le gouvernement du Cameroun exprime son « soutien total » à cette lutte qui, selon lui, n’a d’autre objet que l’éradication, sous toutes ses formes, du terrorisme international.

Congo-Brazzaville

Pas d’avis officiel

Aucune réaction n’a été enregistrée à Kigali. La radio et la télévision officielles continuent à faire état des frappes dans leurs différents journaux, mais sans autres commentaires. Le gouvernement congolais avait fermement condamné les attentats de New York et de Washington et exprimé sa disponibilité à lutter contre le terrorisme aux côtés des autres Etats du monde.

Burkina Faso

Réactions controversées

Les frappes américaines ont suscité lundi de vives controverses au sein de la population burkinabé, notamment celle de Ouagadougou. Même si les autorités burkinabaises n’avaient pas dégagé, lundi, une position officielle sur la situation, le sentiment général qui se dégage, de source proche du ministère burkinabé des Affaires étrangères, est que Ouagadougou est favorable à ces représailles, mais après concertation avec les Nations unies.

Bénin

Aucune réaction officielle

Aucune réaction officielle n’a encore été enregistrée lundi au Bénin, après les premiers bombardements américains. Le ministre de la Fonction publique du travail et de la réforme administrative, M. Ousmane Batoko, qui répond en son nom, estime que les États-Unis et leurs alliés devront privilégier la voie du dialogue à celle des armes pour résoudre le problème. « Je suis contre la violence, sous quelque forme qu’elle se présente. Je condamne les actes terroristes », a-t-il déclaré tout en s’indignant des opérations de ripostes menées par les Etats-Unis et leurs alliés. « Les Américains bombardent l’Afghanistan. Est-ce que c’est ce pays qui est responsable des attentats du 11 septembre ? »

Rwanda

Soutien mitigé

André Bumaya, ministre rwandais des Affaires étrangères a apporté un soutien mitigé aux frappes militaires des Etats-Unis et de la Grande Bretagne contre l’Afghanistan, en indiquant qu’il fallait aussi s’attaquer aux causes profondes du terrorisme. « Il est tout à fait légitime que les Etats-Unis poursuivent les terroristes impliqués dans les attentats perpétrés à New York et Washington (le 11 septembre), mais cela ne suffit pas. Il convient également que les Etats-Unis et les autres superpuissances s’attaquent réellement aux causes profondes du terrorisme ».

Soudan

Non aux bombardements !

« Le Soudan, qui a condamné la violence du 11 septembre contre les Etats-Unis, rejette cette guerre contre l’Afghanistan et ne la considère pas comme une mesure appropriée pour arrêter la violence » a déclaré le gouvernement soudanais, dans un communiqué publié à Khartoum lundi. « Nous ne nous attendons pas à ce que cette expédition soit juste et qu’elle épargne les vies innocentes et nous pensons que cette guerre ne peut que renforcer le cycle de la violence, » a ajouté le communiqué. Il a affirmé que « le Soudan s’inquiétait de ce que les opérations militaires ciblaient une nation musulmane et des populations musulmanes », ajoutant qu’il était ironique que la majorité des Etats sur la liste des Etats-Unis considérés comme les « parrains du terrorisme soient des Etats musulmans ».

Afrique du Sud

Daily Mail and Guardian

Les bombes pleuvent sur Kaboul, les Etats Unis sont en alerte

Les autorités américaines en sont maintenant à leur plus haut point d’état d’alerte, attendu que les Américains s’attendent à de possibles représailles terroristes pour l’offensive militaire qu’ils ont lancée en Afghanistan. Le procureur général John Aschcroft a donné l’alerte alors que les forces américaines ont frappé le régime taliban de Kaboul pour le deuxième jour. Washington a indiqué que la guerre contre le terrorisme pourrait également être étendue à d’autres pays.

Kenya

Daily Nation

Les Bush: tel père, tel fils

A une décennie près, le Président George W. Bush et son père ont chacun déclenché des offensives aériennes d’ampleur contre un adversaire isolé en promettant aux Américains inquiets qu’ils  » n’échouerons pas  » et en désignant un seul homme comme le pire des ennemis.

Les chefs musulmans kenyans ont fermement condamné les attaques sur les cibles des présumés terroristes afghans en les qualifiant d' » actes de terrorisme « . Mais l’opinion de l’Evêque catholique est différente quant aux raids américains de la nuit dernière. John Njenga, l’Archevêque du diocèse de Mombasa a soutenu ces frappes, disant que les talibans devraient être forcés de livrer les terroristes qu’ils abritent. Cependant la Conférence Episcopale Kenyane a indiqué que l’église était contre toute forme de tuerie.

Nigeria

Pluie de bombes

A la Une de la presse nigériane lundi : « Pluie de bombes américaines et britanniques sur l’Afghanistan » (Tribune), « Les USA bombardent l’Afghanistan » (Daily Champion), « Les USA et la Grande-Bretagne attaquent l’Afghanistan » (The Guardian), « Attaques américaines contre l’Afghanistan » (The Punch), « Pluie de bombes américaines et britanniques sur l’Afghanistan » (Vanguard) et « Les USA bombardent l’Afghanistan » (Daily Times). « Nous estimons que des représailles à grande échelle contre des pays ennemis éventuels ne serviraient pas la cause de la communauté internationale », lit-on dans les colonnes du quotidien privé « Thisday« . Selon ce quotidien, « l’Amérique, défenseur de la mondialisation, porterait un coup dur au concept d’un monde sans frontières si elle se mettait à tuer les populations de ces régions du monde auxquelles elle souhaite donner un nouvel essor ».

Africa on line.com

Lagos était informée

La Maison Blanche aurait appelé le Président nigérian Olusegun Obasanjo un peu avant que l’attaque sur l’Afghanistan ne commence. Le porte-parole de la présidence nigériane, Tunji Oseni, a ajouté que la Maison blanche a chargé le président Obasanjo d’informer les autres chefs d’états de l’Afrique de l’Ouest de l’attaque imminente, ce qu’il a fait. La priorité de l’information donnée au Nigeria l’a été en reconnaissance du rôle de ce pays, de son influence grandissante et de son importance en Afrique de l’Ouest et dans les affaires mondiales.

Zimbabwe

Daily news

L’Amérique a réagi sans réfléchir

Bush a ignoré l’avis du monde de ne pas agir précipitamment. Il était essentiel de fournir au reste du monde les preuves exactes qui incriminaient le chef Oussama Ben Laden dans les attaques du mois dernier contre les Etats Unis. Ces preuves sont restées dans le secret de l’administration américaine et de leurs alliés britanniques. L’Amérique a le droit de poursuivre ses propres intérêts et de défendre sa sécurité, mais en agissant comme elle le fait, elle ne fait que réduire l’énorme capital de sympathie et le soutien qu’elle a obtenus depuis les attaques du mois dernier. (…)

Les Américains auraient dû se servir de leur intelligence sophistiquée pour traquer Ben Laden et l’amener devant la justice sans risquer inutilement des pertes civiles. Il est possible que le chef suspecté ne soit nulle part où les bombardements ont lieu et qu’il ait anticipé depuis longtemps cette opération. De plus, l’éventuelle capture de Ben Laden n’est pas une garantie suffisante contre de futurs actes terroristes.