L’Afrique nage bien à Moscou

La Sud-Africaine Sarah Poewe et l’Algérien Salim Ilès ne sont pas revenus les mains vides de Moscou. Les deux représentants de l’Afrique ont décroché une médaille d’argent et une autre de bronze lors des Championnats du monde de natation.

Sarah Poewe a fait tout son possible mais sa grande rivale, la Suédoise Emma Igelstrom, était dans une forme olympique. La Sud-Africaine a dû se contenter de l’argent. Igelstrom, en surclassant toutes ses adversaires, a réalisé un nouveau record du monde du 100 m brasse en parcourant la distance en 1’05 »38. C’est son troisième record du monde après celui du 50 m brasse jeudi où elle est devenue la première femme à passer sous la barre des 30 secondes et celui du 4X100 m quatre nages. Sarah Poewe, meilleure nageuse de la saison, s’est donc inclinée logiquement devant une sportive au palmarès impressionnant. Elle a arraché sa médaille d’argent devant la Chinoise Luo Xuejan qu’elle a battue à maintes reprises.

Ilès rate de peu l’argent

Salim Ilès, grand espoir de l’Afrique, a fait une entrée fracassante lors de ces Championnats du monde en bassin court. En entrant dans la piscine de l’Olumpiiski-Sport-Complex, l’Algérien avait un air de conquérant, sûr de lui. Pourtant, la liste des finalistes est impressionnante. Avec un chrono de 47’66, Salim Ilès a pris la troisième place de l’épreuve remportée par l’Australien Ashley Callus (46 sec 99) devant l’Argentin Jose Martin Meolans (47 sec 09) et donne à son pays la première médaille de son histoire. Selon son entraîneur français, Stéphane Bardou, Salim Ilès aurait pu prétendre à la plus haute marche du podium si sa combinaison ne s’était pas déchirée au milieu de la compétition.

L’Afrique, grande absente en natation, tient deux grands champions en Sarah Poewe et Salim Ilès. Lors des prochains Jeux olympiques, le Continent aura des arguments de poids à opposer aux grandes nations de natation.