L’Afrique fait sa place à Cannes

Malgré le faible nombre de films africains présentés au 56ème Festival de Cannes, qui s’est ouvert mercredi, l’Afrique devrait tout de même réussir à se faire voir sur la Croisette. Notamment grâce à un pavillon de 400 m2 dédié aux  » Cinémas du Sud « , inauguré samedi 17 mai.

Cette année, les différentes sélections du Festival de Cannes ont beau rassembler plus d’une centaine de films, peu d’oeuvres viennent du continent africain. Pour être plus précis, seuls trois films, deux à la Quinzaine des réalisateurs et un à Un Certain Regard (les catégories hors compétition), ont les honneurs de la Croisette. Le silence de la forêt de Didier Ouenangaré (République Centrafricaine) et Bassek ba Kobhio, (Cameroun), et Les Yeux sec, premier film d’une jeune réalisatrice marocaine, Narjiss Nejjar, sont les deux productions africaines qui seront présentées à la Quinzaine des réalisateurs. Ce dernier film est d’ailleurs l’un des trois  » chouchous » assumés de la sélection du nouveau délégué général de la Quinzaine, François Da Silva, ancien programmateur des cinémas Art et essai de Marseille.

Le troisième opus est le premier film de Faouzi Bensaidi, Mille mois, présenté à Un Certain Regard. Faouzi Bensaidi, de nationalité marocaine, a 35 ans. Il est produit par des Français et a déjà réalisé des courts métrages remarqués (Le mur et La falaise). La Compétition Officielle, la sélection la plus prestigieuse, n’a pas laissé cette année de place à un réalisateur du continent africain. Par contre, Abderrahmane Sissako, présent l’année dernière avec son magnifique film En attendant le Bonheur, a l’honneur d’être le président du jury Un Certain Regard, qui devra remettre trois prix cette année…

Des copies pour le Maghreb

On parlera également de l’Afrique dans le cadre du marché du film et de la communauté Européenne. Le 15 mai, en effet, les ministres de la culture de l’Union européenne se sont réunis à Cannes et l’un des thèmes de leurs discussions a été l’amélioration de la situation des aides à la production et à la distribution pour les pays ACP (Afrique Caraïbes et Pacifique). De plus, samedi 17 mai, sera inauguré pour la première fois un pavillon de 400 m2 dédié aux  » Cinémas du Sud  » : postes Internet, bornes de visionnage, rencontres et projections de films du Sud… Tout cela organisé conjointement par le ministère des Affaires Etrangères français, le CNC (Centre National de la Cinématographie), l’AIF (Agence Intergouvernementale pour la Francophonie), TV5 et Canal France International.

Lundi 19 mai, une journée de débats rassemblera les représentants des Cinémas du Sud et la mise en place d’une nouvelle aide pour la distribution du cinéma africain en Afrique sera annoncée. Enfin, le 21 mai, le CNC lancera un nouveau soutien intitulé  » Des copies pour le Maghreb « … L’Afrique a donc réussi malgré tout à faire sa place à Cannes !