L’Afrique face à des troubles mondiaux

La crise économique mondiale a des conséquences graves pour l’Afrique, explique le Secrétaire général adjoint et Conseiller spécial pour l’Afrique de l’ONU, Cheick Sidi Diarra. Mais grâce aux importantes réformes économiques et politiques qu’elle a entreprises, elle est aujourd’hui dans une bien meilleure position pour faire face aux chocs externes que par la passé.

Tout indique que la crise économique internationale provoque un ralentissement économique mondial important qui sera de longue durée et l’Afrique en ressent de plus en plus l’effet négatif, dit le Secrétaire général adjoint et Conseiller spécial pour l’Afrique Cheick Sidi Diarra. Le plus grave, a expliqué M. Diarra au cours d’un entretien qu’il a accordé à Afrique Renouveau, c’est que ce ralentissement fait baisser les cours des produits d’exportation, “ base principale des économies africaines.” Les pays développés sont également plus enclins à “accorder la priorité à leurs marchés internes”, ce qui exacerbe la baisse de l’investissement étranger direct en Afrique.

Dans le domaine commercial, la tendance des économies développées plus riches à subventionner leurs propres agriculteurs affaiblit depuis quelque temps la capacité des exportateurs africains à être compétitifs sur les marchés mondiaux. Certains pays africains se plaignent que les membres de l’Union européenne (UE) commencent même à augmenter ces subventions.

Solidarité, Nord et Sud

Bien que certains dirigeants africains aient évoqué la possibilité que les pays du Nord réduisent leur aide au développement afin de consacrer leurs ressources financières à leurs priorités nationales, M. Diarra n’a encore rien constaté de tel. Il affirme au contraire qu’on lui a assuré au cours d’une conférence internationale sur le “financement du développement ” que les engagements de l’Union européenne de consacrer l’équivalent de 0,56 % de son produit national brut à l’aide publique au développement (APD) d’ici à 2010, et 0,7 % d’ici à 2015 seraient tenus. D’autres pays industrialisés ont également promis de verser les sommes promises à l’Afrique.

Pendant ce temps, l’Afrique, fait remarquer M. Diarra, bénéficie de relations internationales plus diversifiées. La Chine, l’Inde et d’autres pays du Sud sont devenus d’importants partenaires de développement pour l’Afrique. Leurs économies ayant connu un essor très marqué, ces pays ont établi “des fonds souverains” afin d’investir non seulement dans leurs propres économies, mais aussi “dans d’autres pays en développement.” Certains pays du Sud ont aussi accepté d’ouvrir leurs marchés à des conditions préférentielles aux exportations des PMA et des pays d’Afrique.
M. Diarra souligne aussi que l’une alliance entre l’Afrique et d’autres régions en développement permet aux nations africaines de se faire plus facilement entendre dans les institutions financières internationales et autres instances mondiales. “Seule, la voix de l’Afrique n’est pas forte, reconnaît M. Diarra, mais lorsque cette voix reçoit l’appui de l’Inde et de la Chine, elle porte très loin.”

Réformes économiques

Au cours des deux dernières décennies, la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne ont mené une politique de réformes économiques. Ces réformes “ont aidé l’Afrique à trouver un équilibre macroéconomique qui constitue une bonne base sur laquelle édifier un développement économique durable.”

Les pays africains ont également renforcé leurs systèmes juridiques, inspirant ainsi une plus grande confiance aux investisseurs nationaux et étrangers. Il importe, indique M. Diarra, d’être “transparent dans les affaires, d’avoir un cadre juridique bien défini et d’en suivre les règles, et non pas de suivre ses propres règles.” Selon lui, les infrastructures sont des priorités de premier ordre pour lesquelles les bailleurs de fonds ont établi un consortium afin de mobiliser le financement.

Une autre priorité est le développement agricole, en particulier l’accroissement des faibles niveaux de productivité alimentaire, affirme M. Diarra. D’après le Programme intégré pour le développement de l’agriculture en Afrique du NEPAD, chaque pays d’Afrique doit consacrer au moins 10 % de son budget à l’agriculture, afin d’accroître la productivité agricole au taux moyen annuel de 6 %. “A vrai dire, il n’y a pas à ce jour beaucoup de pays africains qui le font”, déplore-t-il.

Mais il existe aussi des exemples positifs. Le Malawi, déclare M. Diarra, a pris “l’initiative très audacieuse de fournir aux agriculteurs tous les intrants dont ils ont besoin”, le gouvernement subventionnant le coût des engrais et des semences à rendement élevé. En deux ans, les récoltes avaient tellement augmenté que le Malawi, pays qui recevait des secours alimentaires d’urgence, est passé au statut de fournisseur de céréales du Programme alimentaire mondial des Nations Unies.

Ernest Harsch, pour Afrique Renouveau