L’Afrique évacue le Liban

L’armée israélienne a intensifié mardi, ses raids sur le Liban. L’Etat hébreux a annoncé qu’il pourrait poursuivre son offensive tant que les soldats enlevés par le Hezbollah n’étaient pas délivrés. Pendant ce temps, le Hezbollah continue à tirer des dizaines de roquettes sur le nord d’Israël. Inquiet de la dégradation de la situation sur le territoire libanais, le Maroc, l’Algérie et le Nigeria ont commencé, vendredi, à évacuer leurs ressortissants.

Près de 250 ressortissants africains ont été à ce jour, évacués du Liban qui vit son septième jour de bombardements interrompus. Les frappes israéliennes ont déjà tué au moins 170 civils. La détérioration de la situation sécuritaire dans ce pays a ainsi poussé des Etats, comme l’Algérie, le Maroc et le Nigeria, à rapatrier leurs ressortissants. Le ministère algérien des Affaires étrangères a fait savoir, dès lundi, qu’« aucune victime n’a été enregistrée à ce jour parmi la communauté algérienne établie au Liban », tout en annonçant l’évacuation de « 59 ressortissants et membres de leur familles ayant exprimé le souhait de quitter le pays ». Une cellule de crise a parallèlement été installée, samedi dernier, à l’ambassade d’Algérie à Beyrouth pour venir en aide aux 964 Algériens résidant au Liban.

Le Nigeria a également annoncé lundi à Abuja, la capitale fédérale, avoir fait évacuer une centaine de personnes sur ordre du gouvernement. « Les Nigérians vivant au Liban avaient été initialement évacués vers une ville près de la frontière avec la Syrie », le communiqué du ministère des Affaires étrangères. « Actuellement nous sommes parvenus à un accord pour transférer nos ressortissants dans un endroit plus sécurisé à Damas, en Syrie ».

Le Maroc, premier Etat africain à rappeler ses ressortissants

Le Maroc a été l’un des tout premiers Etats africains à organiser l’évacuation de ses citoyens résidant, en transit ou de passage au Liban. L’ambassade marocaine sur place a commencé, dès vendredi, à acheminer en autobus, de Beyrouth à Damas, des dizaines de Marocains. Un premier groupe composé de 64 de personnes est ainsi arrivé dimanche dans la capitale syrienne, avant d’être rapatrié le même jour vers Rabat. Il a été suivi presque immédiatement d’un deuxième groupe de 33 personnes arrivé lundi. Le gouvernement marocain a engagé un programme de rotation aérienne d’avions C-130 à cet effet.

Aussitôt sortis de l’avion, les ressortissants accueillis par la ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger, ont tenu à remercier et à exprimer leur gratitude à leur Roi, Mohammed VI. Ils se sont également réjouis de l’accueil qui leur a été réservé par les ambassades du Royaume aussi bien à Beyrouth qu’à Damas. Il semblerait que d’autres groupes de Marocains doivent être évacués prochainement, toujours dans le cadre de cette opération.

Le Liban se retrouve, jour après jour, vidé de ses étrangers, dont les évacuations deviennent de plus en plus difficiles, face aux bombardements incessants de l’Etat hébreux qui réclame la libération de 5 de ses soldats enlevés par le Hezbollah. A l’heure actuelle, il n’existe que deux voies d’évacuation, maritime et terrestre (en passant par la frontière syrienne). Tandis que les Occidentaux sont acheminés avec l’assistance de leurs autorités, par bateaux, voire par hélicoptère vers Chypre, les Africains le sont par route vers la Syrie.