L’Afrique du Sud attire les enfants migrants

Les enfants non-accompagnés, âgés, en moyenne, de 14 ans mais parfois d’à peine sept ans, affluent vers l’Afrique du Sud en provenance des pays voisins dans l’espoir de trouver du travail et de recevoir une éducation, selon un rapport publié par l’organisation britannique Save the Children.

Selon ce rapport, réalisé à partir de sondages menés en Afrique du Sud auprès de 130 enfants sans papiers, « les enfants qui franchissent les frontières sans être accompagnés sont assez nombreux pour susciter de vives préoccupations ». Environ 1 500 Zimbabwéens mineurs entrent sur le territoire sud-africain chaque année. Selon l’étude, le terme « enfant migrant » désigne toute personne âgée de 18 ans et moins qui traverse une frontière internationale sans être accompagnée par un adulte.

Les enfants qui passent une frontière en compagnie d’un ami, d’un parent ou d’un tuteur adulte n’ont pas été inclus dans l’étude, tout comme les enfants attendus à la frontière par un ami ou un parent qui s’occupera d’eux dès leur arrivée en Afrique du Sud. Les enfants employés dans le secteur agricole ont également été exclus car il est difficile d’entrer en contact avec eux, de même que les enfants tombés aux mains d’adultes impliqués dans le trafic sexuel.

Un peu plus des trois quarts des enfants interrogés étaient des garçons, bien que les chercheurs du Programme d’études sur les migrations forcées de l’université de Witwatersrand aient admis que le déséquilibre entre le nombre de filles et de garçons s’expliquait probablement par le fait que les filles sont employées dans des secteurs « cachés », tels que les travaux domestiques ou le commerce du sexe. Il était donc plus facile d’entre en contact avec les garçons, qui travaillent par exemple comme colporteurs.

Bien que la majorité des enfants migrants étaient originaires du Zimbabwe et du Mozambique, environ un quart d’entre eux venaient de pays plus lointains, et notamment de la République démocratique du Congo, du Burundi et du Rwanda.

Les enfants migrants « ont invoqué un concours de circonstances – le décès de leurs parents ou tuteurs, la pauvreté dans leur pays d’origine, et les opportunités en Afrique du Sud – pour expliquer pourquoi ils étaient venus en Afrique du Sud ». Malgré « la criminalité, clairement désignée comme le pire inconvénient de la vie [en Afrique du Sud] », 72 pour cent des enfants pensaient qu’ils vivraient mieux que leurs parents.

Save the Children a reconnu qu’il y avait un « manque d’information considérable sur les enfants qui franchissent [seuls] les frontières internationales ». Son étude constitue une première incursion dans le monde des enfants migrants ; elle vise à suggérer l’adoption de politiques et la prise d’initiatives destinées à aider et à protéger ces enfants, bien qu’il soit « difficile d’émettre des affirmations générales sur [leurs] expériences et [leurs] besoins », compte tenu du petit nombre d’enfants interrogés.

« En dépit des nombreuses difficultés auxquelles ils étaient confrontés, les enfants étaient étonnamment optimistes sur leur avenir », selon les chercheurs. « Ils pensaient que l’Afrique du Sud leur offrait des opportunités qu’ils n’avaient pas dans leurs pays d’origine, et que, s’ils pouvaient avoir accès à une éducation en Afrique du Sud, elle serait de très bonne qualité et leur offrirait encore plus d’opportunités ».