L’Afrique des talents à Paris

Africa Search réunit, pendant trois jours, du 20 au 22 avril, entrepreneurs et diplômés africains et français qui veulent aller travailler en Afrique au Carrousel du Louvre, à Paris . L’ambition de cette rencontre est de fédérer les actions et les réseaux d’appui au transfert de compétences vers l’Afrique.

Talents d’Afrique. Pendant trois jours, Paris sera la capitale africaine de l’emploi. La société Africa search réunit diplômés et entreprises à la recherche du bon recrutement. De nombreuses entreprises africaines et européennes cherchent l’oiseau rare. Cette année, les ingénieurs en télécommunication sont les plus courtisés. Aux côtés de France Télécom, les entreprises africaines de téléphonie sont à l’affût du moindre CV.  » Nous offrons de belles opportunités aux candidats. Le Sénégal est l’Eldorado des ingénieurs et des informaticiens. Notre entreprise ambitionne d’être leader africain dans les télécommunications « , explique le responsable des ressources humaines de la SONATEL à un candidat. Les exposants se jettent littéralement sur les passants.

Donnez nous votre curriculum vitae !

Paul scrute la documentation au stand camerounais. Le Fonds national de l’emploi est présent à Paris pour faciliter le retour des  » cerveaux camerounais « . Paul écoute à moitié les explications de l’hôtesse d’accueil.  » J’aimerais bien repartir à Yaoundé mais comment serai-je payé ? Serai-je payé en qualité d’expatrié ou recevrai-je le salaire d’un ingénieur local ? « . Paul a beaucoup de questions. Et d’hésitations. Pourtant, les entreprises se bousculent pour embaucher à tour de bras.  » Nous avons recruté 1 400 personnes en quatre mois. Nous recherchons actuellement des techniciens et des ingénieurs africains en bâtiment « , déclare Jean-Marc Fonteyne, directeur du personnel de Sogea-Satom, filiale de Vinci.

L’opérateur panafricain Afripa Télécom, spécialisé dans les transmissions de données par satellite, déjà présent dans 12 pays africains, veut encore s’agrandir. Il recrute 110 diplômés pour ses différents bureaux. Alors, si vous êtes Parisien, prenez le premier métro et si vous êtes en Afrique, il y a ce moyen si simple qui s’appelle Internet. Cliquez sur ce lien.