L’Afrique condamne l’attentat en Turquie, une femme interpellée à Istanbul

Attentat en Turquie
Attentat meurtrier en Turquie

Ils sont nombreux les dirigeants africains à avoir condamné l’attaque de dimanche en Turquie. Une explosion survenue à Istanbul a fait six morts et 81 blessés. Une femme suspectée d’avoir posé l’explosif a été interpellée à Istanbul.

C’est à l’avenue Istiklal qu’a eu lieu l’attaque qui a meurtri la Turquie, dimanche 13 novembre 2022. Selon des précisions du gouverneur d’Istanbul, Ali Yerlikaya, l’explosion a eu lieu un peu après 16h00 heure locale (13h00 GMT). Un bilan provisoire indique 6 morts et 81 blessés, dont deux dans un état critique. Selon le ministre turc de la Santé, Fahrettin Koca, 39 des 81 blessés ont quitté les hôpitaux après des soins.

La Turquie « ne s’inclinerait pas devant le terrorisme »

Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a dénoncé cette attaque à la bombe qui, selon lui, a des relents de terrorisme. « Le pays ne s’inclinerait pas devant le terrorisme », a-t-il mis en garde. Il a ajouté que tous les auteurs de l’attentat seront identifiés. Erdogan a fait cette déclaration tout juste avant de s’envoler pour l’Indonésie, où il prend part au 170ème Sommet du G20. Dans la foulée, d’autres dirigeants d’Afrique ont condamné cet attentat.

C’est le cas du chef de l’Etat sénégalais par ailleurs président de l’Union Africaine, Macky Sall, qui, sur Twitter, a condamné l’attentat terroriste en Turquie. Le dirigeant a exprimé ses condoléances au peuple turc et à son Président, Recep Tayyip Erdogan. « Le chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a appris, avec consternation, l’attentat meurtrier », a, de son côté, déclaré la présidence de la République Démocratique du Congo.

La Tunisie témoigne « son entière solidarité avec le peuple turc frère »

Tshisekedi dit apporter « son soutien au Président Recep Tayyip Erdoğan, au peuple turc et présente ses condoléances aux proches des victimes ». Le Président nigérian, Muhammadu Buhari, a condamné l’attentat terroriste « ignoble » ayant frappé la Turquie. Il a en outre présenté ses condoléances au gouvernement et au peuple turc. Le chef de l’Etat burundais, Evariste Ndayishimiye a, lui aussi, condamné cette attaque terroriste.

« Je souhaite exprimer mes sincères condoléances au président Recep Erdogan et au peuple turc en ce moment tragique », a, selon Anadolu, déclaré le Président burundais. Le dirigeant a appelé à « relancer nos efforts communs dans la lutte contre le terrorisme ». La Tunisie, par voie de communiqué, a témoigné « son entière solidarité avec le peuple turc frère, et lui présente, ainsi qu’aux familles des victimes, ses sincères condoléances ».

A noter qu’une jeune femme de nationalité syrienne est suspectée d’avoir posé la bombe. Elle a été interpellée à Istanbul, après l’attentat ayant meurtri le pays d’Erdogan. La suspecte aurait reconnu les faits, selon une annonce faite par la police turque, ce lundi 14 novembre.

Lire : La Turquie multiplie ses actions en Afrique