L’Afrique au rendez-vous de Bruxelles

Le sommet Union européenne-Afrique sur la  » Nouvelle initiative africaine pour le développement  » a commencé ce mercredi à Bruxelles. Quatre chefs d’Etat africains vanteront les mérites de ce plan de relance.

Ambassadeurs. Bruxelles accueille pendant deux jours les présidents Thabo Mbeki (Afrique du Sud), Olusegun Obasanjo (Nigeria), Abdoulaye Wade (Sénégal), Abdelaziz Bouteflika (Algérie), les quatre pères de « Nouvelle initiative africaine », une stratégie globale de développement du continent. Le programme de relance avait été très bien reçu à Gênes, au mois de juillet, par le G8, le groupe des pays les industrialisés. L’Egypte devait être initialement représentée par le président Hosni Moubarak, mais le Caire a finalement dépêché son ministre de la Coopération extérieure. La situation explosive du Proche-Orient explique l’annulation du voyage de Hosni Moubarak.

Le sommet UE-Afrique devrait permettre aux représentants du continent de mettre sur table le problème de la dette et du développement. Les présidents africains ont insisté, avant leur départ à Bruxelles, sur la nécessité d’arriver à des  » résultats concrets « .

Bourse de travail

Les présidents africains ne veulent pas se satisfaire du seul satisfecit occidental. Ils engagent l’Europe à développer une nouvelle forme de partenariat. En plus du règlement du problème de la dette (forcing pour l’annulation pour les pays pauvres et allègement pour ceux qui sont étranglés par le service de la dette), les concepteurs et ambassadeurs de la  » Nouvelle initiative africaine  » insistent sur un programme d’aides économiques pour relancer la croissance.

Wade courtisé. Le tonitruant président sénégalais est très demandé par les Occidentaux. Sa dernière trouvaille, Pacte africain contre le terrorisme, séduit les Européens. Et irrite un peu les Africains. C’est cependant à lui que l’Afrique doit le tournant libéral de la  » Nouvelle initiative « . Abdoulaye Wade refuse l’assistance économique. Il préfère parler de  » gestion économique saine  » et de démocratie. Son forcing diplomatique fait éclipser les concepteurs du plan Millenium, les présidents Bouteflika, Obasanjo et Mbeki.

Le sommet UE-Afrique prendra fin ce jeudi avec la réunion des ministres des continents concernant les modalités d’application des décisions de Bruxelles.