L’Afrique à la fête

A Edmonton, l’athlétisme africain a réaffirmé sa présence dans l’athlétisme mondial de la plus belle des manières. Avec le fond, aujourd’hui, avec le triplé éthiopien au 10 000 mètres féminin hier. Mais aussi au sprint, avec la victoire de Amy Mbacke Thiam au finish dans l’épreuve du 400 mètres.

On connaissait la force et la domination des athlètes venus des hauts plateaux d’Afrique de l’Est, principalement du Kenya et de l’Ethiopie sur le fond et le demi-fond. Mais hier soir, à Edmonton, les spectateurs canadiens ont assisté à une chose qui arrive très rarement en athlétisme, un triplé. Les trois éthiopiennes Derartu Tulu, Berhane Adere et Gete Wami se partagent le podium. Derartu Tulu a décidement le chic pour être là dans les moments historiques. En 1992 déjà, elle a à peine 20 ans, elle remporte déjà son premier 10 000 m féminin aux Jeux de Barcelone. On la retrouve presque 10 ans plus tard pour ce triplé éthiopien.

La grande perdante de cette course reste la belle Gete Wami, donnée grande favorite. Mais encore une fois, comme aux championnats du Monde de cross-country en Grande-Bretagne, elle a fini aux portes du bonheur. Lors de ces championnats, elle fut battue dans le croos long par Paula Ratcliffe la Britannique.

Course féroce

La française Yamna Belkacem emmène la course jusqu’à environ 3500 mètres de l’arrivée. C’est l’Ethiopienne Berhane Adere qui prend la suite. Mais presque immédiatement la Britannique Paula Ratcliffe file en tête de la course et accélère le rythme, essayant de faire lacher prise aux Ethiopiennes. C’est peine perdue. Et les efforts qu’elle a consentis l’empêchent même de prendre la troisième place à la pauvre Gete Wami.

Mbake, la gazelle

Amy Mbacke Thiam a pour sa part réussi l’exploit de terminer en tête du 400 mètres féminin. Cette Sénégalaise qui s’entraîne à Dakar a plus que confirmé sa victoire en 400 mètres à l’occasion des Jeux de la Francophonie en juillet dernier. Ellea aujourd’hui 24 ans, mais n’a débuté l’athlétisme qu’à 19 ans. En l’absence de Cathy Freeman elle croyait en ses chances de victoire. Elle a déclaré aux journalistes présents  » qu’elle se savait en forme  » et  » qu’elle pensait être capable de monter sur le podium « . Choses dites, choses faites. Amy Mbacke Thiam offre ainsi au Sénégal et à l’Afrique toute entière sa première médaille d’or sur une telle distance. Ajouté à cela la présence, en finale, de la Camerounaise Mireille Nguimgo et de la Nigérianne Falila Ogunkoya, qui hélas a dû abandonner sur blessure, et vous aurez un aperçu de la puissance de ce nouvel athlétisme africain !