Kenya : une perte de plus de 166 milliards à cause de l’énergie solaire

L’adoption de sources d’énergie solaire et d’autres sources d’énergie propre en Afrique a eu une conséquence voulue sur la génération de revenus dans le secteur de l’électricité, car de plus en plus de ménages et d’industries passent des sources d’énergie fournies par le gouvernement à l’énergie propre produite, selon les événements récents au Kenya.

À l’échelle mondiale, il y a eu une nouvelle poussée en faveur de l’utilisation de sources d’énergie propres et moins chères à des fins industrielles et domestiques. Les sources d’énergie solaire et éolienne ont été vantées dans le monde entier et en particulier en Afrique comme une énergie alternative pour faire face au coût élevé de l’électricité et aux pannes fréquentes.

Le fournisseur d’électricité public du Kenya a été secoué par la diminution des revenus en raison d’une transition croissante vers l’énergie solaire. Selon Kenya Power, ses clients industriels, qui représentent environ 54,8% de ses revenus de vente, se tournent vers l’énergie solaire, ce qui lui confère des millions de revenus et une capacité d’approvisionnement excédentaire, selon un article de la presse locale.

« La société a fonctionné dans un environnement difficile au cours de l’exercice précédente, où l’augmentation de la demande à 3,7% est restée inférieure au niveau prévu de 5%. La croissance ralentie de la demande est encore aggravée par les menaces accrues de défection du réseau, par la catégorie industrielle, alors que les options d’énergie renouvelable décentralisées deviennent de plus en plus disponibles et moins chères », selon les derniers chiffres du fournisseur d’énergie.

Le passage du réseau national à l’énergie solaire, par les industries, a été attribué au coût élevé de l’électricité et à l’approvisionnement irrégulier en énergie. Le Kenya s’est lancé, depuis 2004, dans l’électrification massive en connectant de nombreuses communautés rurales au réseau national et en signant de nombreux contrats d’électricité qui ont conduit à la génération d’une alimentation électrique excédentaire.

Malgré la production d’électricité excédentaire, la consommation reste stable dans un contexte de réduction de la consommation des foyers et des entreprises à la suite du Covid-19. Kenya Power prévoit que la dernière croissance de la demande se maintiendra à environ 2,3% en 2020, ce qui est bien inférieur à la moyenne historique, sur 10 ans, de 5,9%, selon le rapport. Selon un autre journal local, Kenya Power jouit d’un monopole sur le marché de l’énergie au Kenya, mais continue d’enregistrer de faibles revenus en raison de la corruption massive, du pillage et du manque de leadership dissimulé sous de fausses excuses.

Africa Logistics Properties (ALP), l’aéroport international de Mombasa, le Centre international de physiologie et d’écologie des insectes (Icipe) sont certains de ses plus gros clients qui ont récemment installé leurs propres unités de puissance. Le centre commercial Garden City de Nairobi a également mis en place une centrale solaire de 1,9 million de dollars (plus de 1 milliard FCFA) pour générer 1 256 mégawatts par an, prévoyant que cela l’aiderait à réduire ses factures d’électricité d’environ 287 860 dollars (159,4 millions FCFA).