Kenya : manifestation de soutien à Marie Dedieu

Des centaines de personnes ont manifesté ce lundi sur l’archipel touristique de Lamu, pour protester contre le laxisme des autorités kényanes suite à l’enlèvement dans la nuit de vendredi à samedi de la retraitée française, Marie Dedieu, par un commando armé.

«Nous aimons la France, nous aimons la Grande-Bretagne et nous voulons que leurs ressortissants restent», pouvait-on lire sur les banderoles des centaines de manifestants qui se mobilisés ce lundi sur l’archipel touristique de Lamu (est du Kenya) suite à l’enlèvement dans la nuit de vendredi à samedi de Marie Dedieu, la française retraitée âgée de 66 ans, dont la mobilité est réduite. En effet, les protestataires dénoncent le laxisme du gouvernement kényan face cette affaire. Paris et Londres ont, depuis le rapt, formellement déconseillé à leurs ressortissants de voyager au Kenya dans un rayon de 150 km de la frontière somalienne, Lamu étant la destination favorite de nombreux Européens aisés qui viennent s’y installer, surtout en en hiver.

« elle va très bien »

Les ravisseurs, des rebelles islamistes d’Al Chabaab, se seraient réfugiés dans le village côtier somalien voisin de Ras Kamboni, selon les autorités kenyanes. Marie Dedieu « va très bien. Nous ne sommes pas des Chabaab et nous cherchons à obtenir une rançon », a assuré un ancien Chabaab à la tête d’un groupe de pirates à Kismayo, dans le sud de la Somalie. La Française a été extraite de force de son bungalow sur l’île de Manda par un commando armés de six hommes venus en canot rapide. Huit soldats kényans se sont lancés à la poursuite de l’embarcation en vain. Leur bateau aurait chaviré lors d’un échange de coups de feu avec les ravisseurs qu’ils poursuivaient. Deux d’entre eux ont été portés disparus. Le gouvernement a assuré samedi que ces soldats avaient blessé plusieurs des ravisseurs lors de la fusillade avant que ces derniers n’aient réussi à prendre la fuite.