Kenya : les responsables de l’accident de bus qui a tué 56 personnes devant la justice

Le propriétaire du bus qui s’est écrasé mercredi 10 octobre, tuant 56 personnes à Kericho au Kenya, a été traduit devant un tribunal ce jeudi avec le chauffeur. Les accidents de la route auraient fait 12 000 morts l’année dernière dans ce pays d’Afrique de l’Est.

L’accident d’hier à Kericho au Kenya, qui a coûté la vie à 56 personnes, confirme un scénario familier de négligence et d’impunité sur les routes du Kenya. Les statistiques officielles des autorités font état d’environ 3 000 morts par an sur les routes mais selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ce nombre serait en réalité supérieur à 12 000.

Un survivant racontait à la presse locale que le conducteur avait commencé à faire des excès de vitesse et à percer des nids-de-poule, avec un mépris total pour la gêne des passagers et inconscient du risque qu’il faisait courir à des dizaines de passagers. « Le conducteur ne se souciait pas des bosses, il a continué à rouler à toute vitesse et après un moment, le bus a commencé à tanguer d’un côté à l’autre », a-t-il ajouté. « C’est quand nous avons réalisé que nous étions en danger ».

Peu de temps après, le bus a dévié de la route, a traversé une barrière de sécurité et a roulé à plusieurs reprises.

L’inspecteur général de la police, Joseph Boinnet, a depuis annoncé que des mesures seraient prises contre le propriétaire et le chauffeur du bus. Selon l’autorité nationale des transports et de la sécurité (NTSA), l’autobus n’était pas autorisé à circuler de nuit.

Cleophas Shimanyula, le propriétaire du bus, qui appartient à la Western Crossroads Express Sacco, a comparu devant un tribunal de Molo ce jeudi avec le chauffeur. L’inspecteur en chef Festus Ondieki a demandé au magistrat résident en chef Samuel Wahome de permettre à la police de détenir les suspects au poste de police de Londiani à Kericho.

Les avocats des suspects ont contesté la demande, affirmant qu’elle violait le droit constitutionnel de son client à la liberté. « Bien qu’ils sympathisent avec les familles endeuillées, mes clients, comme tous les autres suspects, ont un droit qui ne peut être emporté avec émotion », a déclaré l’avocat Ken Ochieng.

Le magistrat a reporté la décision sur la requête à vendredi en précisant qu’il avait besoin de temps pour examiner les arguments des deux parties.

Il a ordonné que les suspects soient détenus au poste de police de Londiani en attendant la décision. Dans le crash de l’aube de mercredi, 56 passagers ont perdu la vie et 15 autres ont été grièvement blessés lorsque le bus qui se rendait de Nairobi à Kisumu a dévié de la route et atterri sur une ferme rocheuse à Fort Ternan, dans le comté de Kericho. Les deux suspects ont été arrêtés mercredi soir après qu’il soit apparu que l’accident était dû à une conduite dangereuse et au non-respect du code de la route. Le chef de la police de Kericho, James Mogera, a déclaré que le statut d’immatriculation de l’autobus était introuvable sur le site Web de la NTSA.