Kenya : le vice-président William Ruto peut s’absenter à son procès à la CPI

Le vice-président kényan William Ruto n’est pas obligé d’être présent à toutes les audiences de son procès à la Cour pénale internationale.

Finalement, les juges de la Cour pénale internationale ont décidé que le vice-président kényan William Ruto n’est pas obligé d’être présent à toutes les audiences de ses procès. La CPI fait donc volte-face puisqu’elle avait décidé en octobre dernier un mois après le début de son procès qu’il ne pourrait s’absenter de « son procès que pour des raisons exceptionnelles ». « La chambre permet, de manière conditionnelle, à M. Ruto de ne pas être présent continuellement à son procès », a indiqué le juge Chile Eboe-Osuji après une journée d’audience sur le sujet.

Toutefois, « M.Ruto devra néanmoins être présent pour l’ensemble des conclusions ou quand des victimes seront présentes à La Haye pour présenter leur vues, pour la lecture du jugement ainsi que pour celle de la peine applicable s’il est déclaré coupable », a ajouté le juge. Cette décision de la CPI n’est donc pas sans contrainte puisque le vice-président kényan devra également être présent les cinq premiers jours après une pause dans les procédures mais a été excusé pour jeudi et vendredi car le président kényan, Uhuru Kenyatta, est actuellement en déplacement en Angola.

Accusé de crimes contre l’humanité durant les violences-post-électorales de 2007-2008, qui ont fait plus de 1000 morts et 600 000 déplacés, William Ruto est le premier haut dirigeant en fonction à être jugé par la CPI. Le président kényan Uhuru Kenyatta est aussi poursuivi par la CPI pour les mêmes motifs.