Kenya : l’université de Garissa rouvre ses portes après la sanglante attaque des shebab

L’université de Garissa, dans l’est du Kenya, a rouvert ses portes ce mardi après la sanglante attaque des insurgés somaliens shebab en avril 2015.

Plus de sept mois après la sanglante attaque des shebab en avril 2015, qui a fait 148 morts, l’université de Garissa a rouvert ses portes lundi 4 janvier. « La grande majorité du personnel a répondu présent pour cette pré-rentrée, et environ 60 étudiants devraient faire leur retour lundi prochain pour la rentrée effective », selon le directeur de l’université, Ahmed Osman Warfa. D’après lui, « les conditions de sécurité ont été renforcées avec la construction d’un poste de police au sein même de l’institution ».

Il faut dire que l’attaque de l’université de Garissa, le 2 avril 2015, la plus meurtrière jamais menée au Kenya par les Shebab, qui ont fait allégeance à Al-Qaïda, est encore dans tous les esprits. Sur les 148 victimes, 142 étaient des étudiants, dont la plupart ont été abattues.

L’université de Garissa n’est pas la seule attaque meurtrière des shebab au Kenya. L’attaque en 2013 du centre commercial Westgate à Nairobi, faisant 67 morts, avait ému les Kényans mais aussi à l’international.

Les insurgés somaliens ont en effet averti le Kenya qu’ils seraient en guerre contre lui tant qu’il ne retirera pas ses troupes qui les combattent au sein de la force de l’Union africaine (Amisom), en Somalie. Le pays est donc une cible privilégiée pour les shebab depuis octobre 2011, date à laquelle Nairobi a commencé à fournir un contingent militaire de 22 000 soldats, à l’Amisom.