Kenya : l’opposition manifeste malgré les menaces de la police

L’appel à la manifestation de l’opposition, qui assure désormais la présidence du parlement kenyan, est suivi à travers le pays. Alors que la médiation que devait entreprendre l’ancien secrétaire des Nations unies, Kofi Annan, est reportée sine die pour cause de maladie.

Les trois jours de manifestations, à compter de ce mercredi, annoncés par l’opposition kényane lors de l’ouverture de la session parlementaire, mardi, ont démarré un peu partout dans le pays. Des manifestations, qui ont été interdites par la police. « Rien ne nous empêchera d’organiser de telles manifestations. Nous poursuivrons jusque dans la ville », a déclaré Raila Odinga, candidat malheureux aux présidentielles du 27 décembre dernier, lors d’une conférence de presse ce mercredi. Selon l’AFP, trois de ses partisans qui voulaient jejoindre le centre-ville de Nairobi, la capitale kenyane, où un rassemblement est prévu cet après-midi, ont été blessés par balle par la police. Les policiers auraient tiré à balles réelles sur un groupe de manifestants dans le bidonville de Kibera, favorable au leader de l’opposition.

Violentes ripostes de la police kényane

Dans l’ouest du pays, un autre fief de Raila Odinga, la situation était tout aussi tendue ce mercredi matin. Environ 200 de ses partisans ont mis le feu à des barricades sur les grands axes routiers de Kisumu, une ville qui a été très touchée par les violences qui ont secoué ces derniers jours le Kenya. De même, à Eldoret, un millier de personnes réclament cet après-midi le départ du président élu. A Mombasa, deuxième ville du Kenya située à l’Est, « la police a tiré des gaz lacrymogènes contre des jeunes qui voulaient semer le chaos, lors de deux incidents séparés », a indiqué à l’AFP Wilfred Mbithi, un commandant de la police locale. Les policiers ont ainsi dispersés deux groupes de 150 manifestants chacun qui essayaient de se rendre dans un stade de la ville.

Mardi, le Mouvement démocrate Orange (ODM), le parti de l’opposant Raila Odinga, a remporté la présidence du parlement. Le mouvement détient 99 des 222 sièges de l’Assemblée nationale. Le Parti de l’unité nationale (PNU) de son rival Mwai Kibaki, dont la victoire est constestée depuis des semaines, ne compte que 43 députés au Parlement. Bien qu’il espère faire des alliances avec d’autres partis, le bras de fer avec l’ODM s’annonce des plus tendus. Alors que la médiation que devait entamer mardi ou mercredi, l’ancien secrétaire général de l’Onu Kofi
Annan, à été reportée pour cause de grippe. Kofi Annan, persona non grata selon les proches du président Kibaki, devrait être aidé dans sa délicate mission par Graça Machel, l’épouse de Nelson Mandela, et l’ex-président tanzanien Benjamin Mkapa.