Kenya : 3 millions de personnes face à une grave pénurie alimentaire

L’aide alimentaire de l’USAID serait déchargée au port de Mombasa. Le Kenya a reçu une aide alimentaire estimée à environ 3,4 millions de dollars du gouvernement des États-Unis. Des millions de Kenyans sont actuellement en situation d’insécurité alimentaire grave, selon un rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Selon OCHA, les évaluations prévues en juillet et août devraient confirmer une insécurité alimentaire accrue, certaines estimations prévoyant que plus de 3,5 millions de personnes sont confrontées à une grave pénurie. Environ 1,7 million de personnes devraient être touchées dans les établissements urbains informels, en raison de la pandémie actuelle de Covid-19. « Dans les zones urbaines, cette insécurité est causée par l’augmentation des prix des denrées alimentaires, la baisse des revenus et la perte d’emplois », indique le rapport.

Le rapport, publié le 10 août dernier, note que les ménages dirigés par des femmes, qui constituent 30,2% de la population pauvre, sont particulièrement exposés. Le rapport indique que le gouvernement et ses partenaires ont identifié 725 000 citadins pauvres dans les points chauds de Covid-19, notamment Nairobi, Kwale, Kilifi, Mombasa et Nakuru, destinés à des secours. « Les travailleurs de l’économie informelle peuvent ne pas être en mesure de rester à la maison lorsqu’ils sont malades sans congé de maladie payé. Ils manquent d’argent liquide et ne peuvent pas stocker de nourriture », lit-on dans le rapport.

Parmi les citadins pauvres, on estime que 50% de leur revenu quotidien est consacré à la nourriture et la pandémie les a gravement touchés. Présentement, OCHA soutient plus de 390 000 Kenyans vulnérables avec une aide alimentaire et distribue actuellement de la nourriture dans neuf comtés. « La distribution de nourriture est en cours à Mandera, Wajir, Turkana, Garissa, Tana River, Marsabit, Isiolo, Samburu et Baringo », note le rapport, alors même qu’ils dénoncent l’insuffisance des fonds.

Il faut noter que plusieurs pays d’Afrique font désormais face aux défis économiques de la pandémie de Covid-19, avec la fermeture de certaines frontières aériennes et terrestres, mais aussi le ralentissement de certaines activités lucratives, sources de revenus pour les populations.