Joao Bernardo Vieira intronisé Président

Chassé du pouvoir en 1999 par un coup d’Etat, Joao Bernardo Vieira a été réélu Président le 24 juillet 2005. Il a prêté serment le samedi 1er octobre en mettant en avant sa volonté de réconciliation nationale et de paix sociale

Le nouveau chef d’Etat bissau-guinéen,
Joao Bernardo Vieira, élu le 24 juillet, a prêté serment samedi à Bissau, promettant d’oeuvrer pour la réconciliation, l’unité nationale, la paix sociale, la stabilité politique et le développement économique du pays.

« La réconciliation nationale est un facteur incontournable à l’unité de tous les Bissau-Guinéens », a-t-il déclaré en présence du président sortant, Henrique Perreira Rosa, et du Premier ministre de la transition, Carlos Gomes Junior.

Le président Vieira, qui a dirigé le pays de 1980 à 1999, avait été chassé du pouvoir par un coup d’Etat.

« Je me réjouis du fait que la Guinée-Bissau soit parvenue à la fin de la deuxième transition politique de son histoire qui sera marquée par la restauration de la légalité institutionnelle et constitutionnelle », a affirmé le président Vieira.

« La Guinée-Bissau vient de faire un pas important vers le
rétablissement de sa crédibilité à l’étranger, mais aussi la crédibilité de son Etat », a-t-il ajouté.

Il s’est engagé « à la face du monde » à garantir le bon
fonctionnement des institutions, à consolider l’Etat de droit, à respecter la constitution et à veiller à la consolidation de la paix.

« Je m’emploierai à consolider les institutions judiciaires et à lutter contre l’impunité et la corruption qui constituent des obstacles de taille au développement de notre pays », a-t-il déclaré.

« Le citoyen doit être au centre du développement. Il est urgent d’envisager le développement avec confiance en soi-même et en ses propres ressources », a-t-il ajouté.

Le président Vieira a également promis de porter une attention particulière aux secteurs de la défense et de la sécurité, rendant hommage au chef de l’état-major des Forces armées, le général Batista Tagm Na Wai, pour son rôle dans le processus de réconciliation du pays.

Aucun chef d’Etat étranger n’a pris part à la cérémonie
d’investiture du président Vieira qui s’est déroulée à huis clos sous la protection d’un impressionnant dispositif de sécurité.

Parmi les personnalités présentes figuraient le Premier ministre de la Guinée, Seydou Dalin Diallo, le ministre portugais des Affaires étrangères, Diogo Freitas Amaral, le ministre saotoméen des Affaires étrangères, Ouvido Pequeno et une délégation ministérielle sénégalaise.