Jeux dangereux pour la sélection olympique kenyane d’athlétisme

La justice a donné ordre à la Fédération d’athlétisme kenyane d’intégrer Eric Keter dans la sélection olympique des coureurs de haie. Une décision en marge des tergiversations de la Fédération sur l’équipe de marathon

Rien ne va plus pour la Fédération kenyane d’athlétisme amateur (KAAA). Mardi 8 juillet, la justice lui a ordonné d’inclure le coureur de haies Eric Keter dans la sélection nationale pour les JO de Sydney. La KAAA s’enfonce un peu plus dans la crise.

M. Keder est médaillé de bronze sur 400 m haies aux Jeux africains de 1999. Lors des épreuves de sélection pour Sydney, il a obtenu les temps nécessaires. Mais il n’est arrivé qu’en quatrième position. La KAAA l’a alors écarté de la sélection. Eric Keter a porté l’affaire en justice et obtenu gain de cause.

Règlement de compte

Si l’intervention de la justice dans les affaires de la KAAA est historique, ce n’est pas la première fois que les décisions de l’Association sont contestées. Récemment, la KAAA a voulu réintégrer Elijah Lagat dans la sélection olympique de marathon. Mais M. Lagat a décliné l’offre, exigeant que les deux coureurs avec lesquels il avait été exclu soient eux aussi réintégrés.

Moses Tanui, l’un des deux marathoniens écartés, a gagné par deux fois le Marathon de Boston. Les organisateurs de ce marathon ont menacé la KAAA de rompre le contrat qui les liait à elle, si la Fédération kenyane ne revenait pas sur sa décision d’exclusion. De même, des personnalités mettent la KAAA sous pression.

Si la Fédération affirme statuer en fonction des performances des sportifs, les athlètes concernés pensent qu’il s’agit d’un règlement de compte. Lors des élections du 25 juin dernier à la KAAA, les proches du contestataire Moses Tanui avaient tenté de renverser Isaiah Kiplagat, actuel président de la Fédération. Depuis, le monde de l’athlétisme kenyan se déchire. A près d’un mois des Jeux olympiques.