Jemaâ El Fna : une décennie au patrimoine mondial

Marrackech célèbre le dixième anniversaire de la place Jemaâ El Fna au patrimoine oral et immatériel de l’humanité ce lundi. Mais les festivités ont commencé depuis le 15 mai. Le rendez-vous est l’occasion pour le Maroc de réaffirmer sa tradition d’ouverture après les attentats du 28 avril sur la célèbre place touristique.

La place Jemaâ El Fna fête ce 30 mai ses dix ans au patrimoine oral et immatériel de l’humanité. L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a inscrit la place de la cité ocre au capital culturel mondial en 2001 sur une requête introduite en 2008.
Le classement de la place a été le fruit d’une démarche militante engagée dès 1997 par l’écrivain espagnol Juan Goytisolo et d’un certain nombre d’intellectuels marocains. La Médina de Marrakech, dont la place Jemaâ El Fna fait partie intégrante, est sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1985.

Les autorités locales, des hommes politiques, des associations ainsi que des artistes et des entrepreneurs touristiques se réuniront à Marrakech pour commémorer cette journée spéciale. Un vaste programme culturel a déjà débuté le 15 mai dernier : expositions de photos, réalisation d’une œuvre collective par des artistes, films, projections-débat, spectacles de rue… L’objectif de ce festival est de réaffirmer les valeurs d’ouverture et de convivialité de la célèbre place marocaine. C’est également l’occasion pour le pays de redonner confiance aux étrangers. Ce haut-lieu touristique entouré de restaurants, de boutiques et de locaux administratifs a été le théatre d’un attentat qui a fait 17 morts et une vingtaine de blessés le 28 avril. Un concert exceptionnel pour la tolérance est prévu le dimanche 29 mai, la veille de la journée de commémoration, à la mémoire des victimes de l’attaque terroriste.

Une place mythique à protéger

Construite au 11e siècle, la place Jemaâ El Fna est dominée par le minaret de la Koutoubia et donne accès aux ruelles du souk. Elle offre une concentration exceptionnelle de traditions culturelles populaires marocaines qui s’expriment à travers la musique, la religion et diverses expressions artistiques. C’est un lieu de brassage ethnique et linguistique où se côtoient Berbères, Arabes, des personnes issues d’Afrique sub-saharienne et autres. L’architecture de la place mythique s’est modifié au fil du temps. Des constructions urbaines, édifices publics et autres s’y sont développés.

Lieu majeur d’échanges culturels, la place triangulaire est classée depuis 1922 parmi les sites artistiques marocains à préserver . La construction d’édifices qui mettraient « en péril son identité » y est interdite. Pour l’Unesco, « la survie du patrimoine oral suppose en effet, un espace continu, ouvert, qui ne soit pas écrasé par la proximité d’un édifice monumental ». Selon l’Unesco, les changements extrêmement rapides qu’a connue la place Jemaâ El Fna ont contribué à la «détérioration (de son) cadre physique » et déséquilibré sa « fonction traditionnelle ».

 Le rapport de l’Unesco sur la place Jemaâ El Fna